in

La fusée lunaire SLS réussit un test de ravitaillement crucial

Crédits : John Raoux

La fusée lunaire SLS a passé un test de ravitaillement critique ce mercredi 21 septembre, a annoncé la NASA. La mission Artemis 1, qui doit envoyer une capsule Orion autour de la Lune, est encore en bonne voie pour être lancée mardi prochain.

Les caprices de l’hydrogène liquide

La veille de la première tentative de lancement, prévue le 29 août dernier, tous les yeux étaient rivés sur le SLS et son vaisseau Orion, empilés ensemble sous les projecteurs du complexe de lancement 39 du Kennedy Space Center. Après un retard dû à la météo, les ingénieurs ont commencé à pomper les millions de litres d’oxygène et d’hydrogène liquides cryogéniques dans le réservoir de l’étage principal. L’opération est toujours délicate, car les propulseurs super-froids sont notoirement capricieux et explosifs.

Très vite, les équipes ont d’ailleurs détecté une fuite d’hydrogène au niveau de la base de la fusée, pour finalement réussir à la colmater. Le processus d’alimentation s’est donc poursuivi. Par la suite, l’un des capteurs semblait indiquer que l’un des quatre moteurs de la fusée ne se refroidissait pas suffisamment pour pouvoir intégrer l’hydrogène liquide surgelé. Le directeur du lancement, Charlie Blackwell-Thompson, a finalement interrompu le compte à rebours à T moins 40 minutes.

Quelques jours plus tard, les responsables de la NASA ont annoncé que la procédure de refroidissement s’était probablement bien déroulée. En réalité, le capteur était défectueux.

Dès lors, les responsables de mission ont programmé une seconde tentative de lancement le 3 septembre, attirant plus de 400 000 personnes près du site. Encore une fois, les problèmes se sont accumulés rapidement. Les opérations de ravitaillement ont commencé à l’heure, mais les autorités ont découvert une autre fuite d’hydrogène quasi immédiatement. Malheureusement, celle-ci était trop importante pour être colmatée. Blackwell-Thompson a de nouveau avorté la tentative, alors que le réservoir d’hydrogène n’était rempli qu’à 11%.

sls artmeis I lune
La fusée SLS sur sa rampe de lancement. Crédits : NASA

Un test critique

L’équipe d’Artemis 1 a depuis effectué quelques réparations sur le pas de tir puis programmé un test de ravitaillement pour évaluer l’efficacité des correctifs. Ce test a eu lieu ce mercredi, et visiblement l’équipe est satisfaite.

« Tous les objectifs que nous nous étions fixés, nous avons pu les accomplir aujourd’hui« , a déclaré le directeur du lancement d’Artemis. Cela ne veut pas dire que tout s’est parfaitement déroulé. Par exemple, la fuite au niveau de la déconnexion rapide est réapparue lors du chargement d’hydrogène liquide. Cependant, les ingénieurs ont réussi à la colmater suffisamment pour réduire le taux de fuite à des niveaux acceptables.

La NASA envisage actuellement le 27 septembre comme cible de lancement d’Artemis 1, avec une date de sauvegarde le 2 octobre. Il est cependant encore trop tôt pour s’engager formellement sur l’une ou l’autre de ces dates, et ce pour deux raisons. D’une part, la météo doit coopérer, ce qui n’est jamais une certitude sur la Space Coast de Floride. La mission doit également obtenir une dérogation de la part de l’US Space Force sur la certification de son système de terminaison de vol (FTS), conçu pour détruire le SLS s’il dévie de sa trajectoire lors du lancement.

Si cette dérogation n’est pas accordée, l’énorme fusée devra être renvoyée vers son bâtiment d’assemblage pour changer les batteries du système. Si tel est le cas, la date de lancement sera inévitablement repoussée une fois de plus.