in

La faille sismique de Montélimar a été cartographiée par l’ESA

Crédits : ESA

La semaine dernière, la terre a tremblé bien plus que d’ordinaire dans la région de Montélimar. En effet, une magnitude de 5,2 sur l’échelle de Richter a été enregistrée ! Le radar de la mission Sentinel 1 du programme Copernicus a récemment permis de cartographier la façon dont le sol s’est déformé à la suite de ce tremblement de terre.

Un séisme exceptionnel

Les forts séismes faisant la une des médias se déroulent hors de France, la plupart du temps même hors d’Europe. Toutefois, il faut savoir que la terre tremble aussi dans notre pays, comme l’atteste la plateforme du Réseau National de Surveillance Sismique (RéNaSS). Évoquons par exemple un séisme de magnitude 3,3 qui s’est produit près de Riom (Puy-de-Dôme) le 19 novembre 2019. Un jour plus tôt, un autre épisode de magnitude 3,2 s’était manifesté près de Villefranche-sur-Saône (Rhône).

Toutefois, le séisme retenant l’attention ces derniers jours est évidemment celui qui s’est produit près de Montélimar (Drôme) le 11 novembre dernier. En effet, une magnitude de 5,4 a été enregistrée !

Les secousses ont été ressenties jusqu’à Lyon ou encore Saint-Étienne. On n’avait pas vu cela depuis un demi-siècle dans la région de Montélimar ! Des évacuations ont eu lieu et des bâtiments ont été endommagés, conduisant pas moins de 950 familles à déposer un dossier de sinistre.

Une faille cartographiée

Dans un communiqué publié le 18 novembre 2019, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) explique que la faille de Montélimar a été cartographiée. Ceci a été rendu possible grâce au radar de la mission Sentinel 1 du programme Copernicus. L’objectif était de mieux comprendre la nature de la faille sismique.

Ainsi, les images radar avant et après le séisme ont été combinées pour former un “interférogramme”. Il s’agit en fait des changements au sol causés par le tremblement de terre. Ceux-ci forment des franges aux couleurs de l’arc-en-ciel (voir ci-dessous).

interférogramme ESA seisme
Crédits : ESA

Il faut savoir que plusieurs failles ont déjà été recensées dans cette région mais aucune n’était connue pour être active en terme de sismicité. Or, la faille à l’origine du séisme du 11 novembre a été identifiée et la déformation du sol quantifiée.

Il est question d’un soulèvement allant jusqu’à 8cm dans la partie la plus au sud de la faille. Par ailleurs, rappelons que l’épicentre était situé à une profondeur située entre 1 et 3,5 km sous la surface.

Articles liés :

Un séisme peut déclencher des tremblements de terre dans le monde entier !

Les californiens ne sentent même pas ces séismes lents et pourtant…

Ce chercheur pense qu’il est possible de détecter les séismes grâce à la fibre optique