in

La domestication des chats expliquée dans leur génome

Crédits : christels / Pixabay

Pourquoi le chat vient-il instinctivement ronronner dans nos maisons depuis 10 000 ans ? La réponse vient d’être trouvée dans le séquençage de son génome qui révèle les trois clés à l’origine de sa domestication.

Le chat est en réalité un animal semi-domestiqué. Ce qui distingue le chat domestique du chat sauvage se trouve contre toute attente dans l’ADN. Des scientifiques ont étudié les deux génomes afin de comprendre pourquoi certains chats sont plus domestiqués que d’autres et ont constaté une différence significative dans le comportement.

La mémoire, la peur et la recherche de récompense sont les trois raisons de leur domestication. À l’origine, les chats sont venus s’installer dans les maisons pour chasser les rongeurs qui mangeaient les réserves et les Hommes leur donnaient de la nourriture en récompense, selon Wes Warren, le généticien de l’Université de Washington qui a mené l’étude à l’origine du séquençage du génome.

Contrairement au tigre, au chien, à la vache et à l’humain, le chat a dans ses gênes la capacité d’absorber les lipides qui se trouvent dans la viande, ce qui leur permet de mieux digérer les protéines animales. L’odorat, en revanche, est moins présent dans son génome que dans celui du chien : les chats ont moins besoin de sentir pour chasser.

Cette étude, financée par l’Institut national de recherche sur le génome humain, permet la recherche sur les maladies héréditaires des chats. Grâce à ses résultats, certaines maladies similaires chez les humains pourront trouver un remède.

Les gênes du chat expliquent donc sa domestication, mais c’est sans oublier qu’il reste un carnivore encore proche de ses frères sauvages.

Sources : Sciences et avenir, Canoë, Santé log.