in

La destruction de la couche d’ozone change la couleur des fleurs

Crédits : Needpix

Le réchauffement climatique et l’appauvrissement de la couche d’ozone modifient la couleur des fleurs. Ce phénomène impossible à percevoir avec nos yeux est pourtant très préoccupant. À terme, il se pourrait que ce problème impacte certaines plantes et leur capacité à se reproduire.

Des fleurs davantage exposées aux UV

Matthew Koski est professeur au département des sciences biologiques de l’Université de Clemson (États-Unis). Lui et son équipe ont publié une étude dans la revue Current Biology le 17 septembre 2020. Dans un premier temps, les chercheurs ont parcouru le monde à la recherche de nombreuses variétés de fleurs. Dans le cadre de ces recherches, les scientifiques ont récolté et examiné 1 238 fleurs de 42 espèces différentes datant de 1940 à 2017. L’objectif ? Comparer l’évolution de la pigmentation UV en fonction de l’évolution des températures et de l’exposition au rayonnement solaire.

Selon les résultats, l’appauvrissement de la couche d’ozone résultant des activités humaines a augmenté l’exposition des fleurs aux UV. De plus, les fleurs davantage exposées à ce type de rayons contiennent davantage de pigments absorbant des UV dans leurs pétales. Les chercheurs estiment que cette augmentation est de 2 % chaque année depuis près de quatre-vingts ans. Ceci a malheureusement des effets néfastes, car les fleurs sont très sensibles au rayonnement UV.

fleur abeille
Crédits : Hussein Twabi / Wikipedia

Une perte d’attractivité auprès des pollinisateurs

Les directeurs de l’étude pensent que ce phénomène change la perception des pollinisateurs, comme les abeilles et les colibris. Ces derniers sont habituellement attirés par le contraste entre les pigments UV, particulièrement les fleurs avec un motif en “œil de bœuf”. Or, l’augmentation de la quantité de ces pigments fait que le contraste est moins présent. Ainsi, certaines fleurs perdent en partie leur attractivité auprès des pollinisateurs de passage qui pourraient ne même pas les voir. La conclusion de l’étude laisse penser que ce changement progressif peut perturber la capacité de reproduction de certaines plantes.

“Cela a des implications pour la reproduction végétale des fleurs sauvages indigènes et des espèces cultivées domestiquées qui ont des motifs floraux UV comme le canola et les tournesols. La modification de la coloration florale UV a le potentiel de perturber les services de pollinisation”, a déclaré Clemson Newsstand, coauteur de l’étude.

Il faut savoir que l’augmentation du rayonnement UV sur la surface du globe est déjà l’origine de modifications significatives. En 2019, des chercheurs du MIT ont publié une étude estimant que la moitié des océans changera de couleur d’ici la fin du 21e siècle. En effet, en raison des températures qui se réchauffent, la composition du phytoplancton dans les océans évolue.