in

La couche de glace la plus solide et la plus ancienne de l’arctique se fracture

Crédits : iStock

La plus ancienne et la plus solide mer de glace de l’arctique s’est fracturée une nouvelle fois en l’espace de 6 mois. C’est une première d’après The Guardian, en effet, cette banquise du nord du Groenland, normalement gelée même durant l’été, s’est fissurée. 

D’après les scientifiques, cette zone devait être l’une des dernières touchées par le réchauffement climatique. La solidité de cette région glacière est due à des courants provenant de la Sibérie, qui emportent la glace jusqu’à la côte, créant ainsi un empilement de 4 mètres d’épaisseur en moyenne, et avec parfois des pics d’au moins 20 mètres.

C’est ce qu’explique au Guardian le chercheur Walt Meier à l’US National Snow and Ice Data : “La glace n’a nulle part où aller, alors elle s’empile. En moyenne, il y a plus de quatre mètres d’épaisseur, et la glace peut être empilée en crêtes de 20 mètres d’épaisseur ou plus. Cette glace compacte n’est généralement pas facile à déplacer.

Cette fracture de la mer de glace est un signe alarmant de l’impact du réchauffement climatique dans cette région arctique. Le météorologue Thomas Larvergne qualifie même cela de “d’effrayant” dans un tweet où il relaie une animation satellite montrant l’eau s’engouffrant dans cette zone habituellement gelée :

So the open water / low concentration patch North for Greenland is still there (and slowly moving westward). Nice and scary. From https://t.co/jPx1JmNayA https://t.co/hGstLYafcW

— Thomas Lavergne (@lavergnetho) 13 août 2018

Il ajoute aux journalistes de Gardian : “Je ne peux pas dire combien de temps cette étendue d’eau restera ouverte, mais même si elle se ferme dans quelques jours, le mal sera fait : la plus épaisse et la plus âgée couche de glace aura été repoussée de la côte vers une zone où elle fondra plus facilement”.

Le Guardian ajoute que les deux fractures de cette année sont davantage dues au vent qu’à une fonte importante, même si celles-ci se sont produites durant deux pics de températures, notamment en ce mois d’août, avec un pic de chaleur de 17°C.

Les prévisions scientifiques indiquent que d’ici 2030 à 2050, il n’y aura plus en été de mers gelées dans l’océan arctique.

Source

Articles reliés : 

Mauvaise nouvelle, l’Arctique fond dans deux océans !

Des chercheurs tirent une dernière fois la sonnette d’alarme : la banquise Arctique est en danger !

Il y a 140 000 ans, une plateforme de glace faisant presque deux fois la taille du Groenland recouvrait l’Arctique