in ,

La conduite manuelle pourrait-elle être bannie dans le futur ?

Crédits : dragana991 / iStock

Avec la progressive arrivée des voitures autonomes et la perpétuelle fréquence des erreurs humaines sur la route, il se pourrait qu’un jour la conduite manuelle soit tout simplement interdite. Un cabinet de recherche britannique est certain que ceci arrivera dans les prochaines décennies.

Doit-on dire adieu à la conduite manuelle ?

En 2019, le Bureau de prévention des accidents en Suisse avait mené une étude dont les résultats sont plutôt préoccupants. En effet, 95 % des accidents de la route sont le résultat d’une erreur humaine. Il s’avère que notre cerveau est souvent dépassé au moment de la conduite, fatigué ou distrait, et ce pour de multiples raisons. Manque d’anticipation, ivresse, fatigue ou encore utilisation du téléphone portable font partie des facteurs les plus récurrents.

Si les technologies en matière de voiture autonome sont encore loin d’être parfaites, l’argument de l’absence de distraction est l’un de meilleurs jouant en sa faveur. Ne sombrant jamais dans l’inattention, le véhicule est aussi capable de se synchroniser avec les autres au moyen de la 5 G. De plus, l’engin roule à une vitesse bien définie et respecte ainsi les limitations. En août 2021, le cabinet britannique IDTechEx a publié un rapport dans lequel il est formellement dit que d’ici 2040, les voitures autonomes seront capables de circuler en évitant toutes collisions.

Mieux encore, le site Green Car Congress relayant ce rapport va plus loin en évoquant une future interdiction concernant la conduite manuelle. À terme, conduire sa propre voiture pourrait donc être proscrit au nom de la sécurité publique. Or, les citoyens n’utilisant pas cette technologie pourraient se voir accusés de négligence criminelle.

voiture autonome Honda
Crédits : capture YouTube/ The Wheel Network

Un manque de confiance encore bien présent

Rappelons tout de même qu’actuellement, la conduite est déjà restreinte à de nombreux égards. Le port de la ceinture de sécurité, les limitations de vitesse, la création de zones piétonnes et autres pistes cyclables en sont des exemples. Selon les observateurs, certaines zones fermées à la circulation pourraient un jour ré-ouvrir mais seulement pour accueillir des véhicules autonomes. En tout cas, l’imposition dans la société d’une technologie sécurisant la conduite n’est pas quelque chose de fantaisiste et il y a fort à parier que de nombreuses personnes l’accepteraient sans problème.

En France pourtant, un quart des personnes affirme ne pas avoir l’intention de faire confiance aux véhicules autonomes. De plus, pratiquement la moitié des sondés indiquent avoir davantage confiance en leurs propres capacités en cas de situation inconnue ou de trafic dense. Il faut dire qu’aujourd’hui, faire confiance aveuglément à cette technologie est assez dangereux. De nombreux accidents ont déjà eu lieu, impliquant souvent des véhicules Tesla, le géant de ce domaine que la Sécurité routière étasunienne ne manque pas de réprimander. Mais qu’en sera-t-il vraiment dans une vingtaine d’années ?