in

La Chine s’apprête à envoyer une “armée” de canards pour combattre les criquets au Pakistan

Crédits : 2554813/pixabay

La Chine serait sur le point d’envoyer 100 000 canards au Pakistan pour lutter contre les essaims de criquets qui ravagent les cultures. Cette mesure peut-elle réellement faire la différence ?

Il y a quelques semaines, nous rapportions que plusieurs pays d’Afrique de l’Est essuyaient les pires invasions de criquets pèlerins depuis au moins deux décennies. Cette menace risque même de peser sur la sécurité alimentaire de la région. Ces insectes se déplacent en effet par dizaines de milliards. Or, ils sont capables de dévorer l’équivalent de 400 000 tonnes de nourriture par jour. Depuis quelques jours, c’est au tour de l’Asie d’être touchée avec le Pakistan en première ligne.

Une “armée” de canards

En réponse à cette attaque venue du ciel qui menace les cultures de blé et de coton, la Chine a communiqué son intention d’envoyer 100 000 canards sur place. Rappelons en effet que le Pakistan est le premier allié géostratégique dans la région.

Ces volatils, capables de manger plus de 200 criquets par jour, seraient considérés comme de véritables “armes biologiques”, plus efficaces que les pesticides. En outre, ils sont aussi, sur le papier du moins, plus écologiques.

Cette véritable “armée de canards” sera prochainement envoyée depuis la province orientale du Zhejiang, à l’est du pays.

Pour justifier cette mesure, les autorités chinoises ont rappelé un précédent victorieux. En 2000, 30 000 canards avaient en effet été déployés pour lutter contre une infestation similaire essuyée dans la province du Xinjiang. Et visiblement, leur efficacité avait été remarquable. Mais cette mesure pourrait-elle être aussi payante au Pakistan ?

criquets canards
Un criquet pèlerin. Crédits : A_Different_Perspective / 985 photos/pixabay

Le cas pakistanais est très différent

Comme le rappelle Zhang Long, de l’Université d’agriculture de Chine, le Pakistan est environnement tapissé de vastes zones désertiques très chaudes et très sèches. Or, les canards sont des volatils aquatiques plutôt à l’aise dans les conditions humides.

Sur ce constat, nous pourrions donc naturellement nous demander si les canards seraient véritablement capables de s’adapter aux conditions arides de la région pour combattre les criquets qui posent problème. Par ailleurs, le territoire pakistanais est si vaste que même une “armée de 100 000 canards” (qui en impose certes sur le papier) pourrait finalement ne pas faire de grandes différences.

La Chine n’écarte quant à elle pas non plus les risques de danger sur son propre territoire. L’Empire du Milieu est effectivement protégé par une barrière naturelle gigantesque (la chaîne de l’Himalaya). Toutefois, les autorités soulignent que les criquets pourraient éventuellement se frayer un chemin à travers le Bangladesh et le Myanmar. Ils investiraient alors ensuite la province de Yunnan, au sud-ouest du pays.

On rappelle que ces invasions exceptionnelles s’expliquent par une année incroyablement humide enregistrée dans la région en 2019. En effet, le réchauffement des eaux dans l’océan Indien a favorisé la formation de cyclones tropicaux qui ont aspergé la corne de l’Afrique et la péninsule arabique. Des températures très chaudes ont ensuite pris le relais, favorisant la reproduction des criquets qui sont aujourd’hui affamés.

Source

Articles liés :

Des canards traversent l’Himalaya à 6 800 mètres d’altitude

Pourquoi ne faut-il pas donner de pain aux oiseaux ?

À mesure que le climat se réchauffe, les oiseaux rétrécissent