in

La charcuterie peut également causer une maladie chronique des bronches

Crédits : Piqsels

Une étude franco-étasunienne estime que consommer de la charcuterie augmente le risque de développer une maladie chronique et inflammatoire des bronches. Or, ce risque ferait l’objet d’une augmentation si l’on consomme de la charcuterie au moins une fois par semaine.

Un facteur secondaire

Des chercheurs de l’Inserm et de l’École de santé publique de Harvard (États-Unis) ont collaboré dans le cadre d’une étude publiée dans la revue EClinicalMedicine en septembre 2019. Ces recherches font un lien entre la consommation de charcuterie et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une maladie chronique et inflammatoire des bronches touchant environ 250 millions de personnes dans le monde.

Cette maladie se caractérise par un rétrécissement progressif et une obstruction permanente des voies aériennes et des poumons, entraînant une gêne respiratoire. Rappelons au passage que la BPCO a été récemment liée à l’épidémie de coronavirus Covid-19 en raison de la fragilité de certains patients. Si cette maladie est principalement causée par le tabagisme, les meneurs de l’étude estiment que la consommation de charcuterie pourrait être un facteur secondaire.

29 % de risques supplémentaires

Il est en réalité question de plusieurs études épidémiologiques réalisées aux États-Unis : les Nurses’ Health Study (NHSI et NHSII) et les Health Professional Follow-up Study (HPFS). Celles-ci ont permis de mettre le doigt sur un grand nombre de facteurs de risque concernant diverses maladies. La partie concernant la consommation de charcuterie se trouve au niveau de l’étude NHSII. Cette dernière est relative au suivi de 87 000 infirmières âgées de 36 ans en moyenne sur une durée de 26 ans.

Selon les résultats, consommer de la charcuterie au moins une fois par semaine est associé à une augmentation de 29% du risque de développer une BPCO. Par ailleurs, les chercheurs ne doutent pas de ces résultats car ceux-ci intègrent un grand nombre de facteurs socio-démographiques et en lien avec le mode de vie.

charcuterie
Crédits : Piqsels

Les nitrites possiblement en cause

Les chercheurs l’avouent : les mécanismes biologiques permettant cette augmentation des risques restent inconnus. Toutefois, il existe quelques hypothèses. Citons par exemple les nitrosamines, une famille de composés chimiques extrêmement dangereux. Ceux-ci peuvent se former en raison de la présence de nitrites ayant pour but de conserver et colorer la charcuterie.

En cas de stress oxydant, ces composés peuvent engendrer un stress nitrosant. Celui-ci est lui-même source d’une augmentation de la présence de monoxyde d’azote ainsi que de ses métabolites. Malheureusement, ce phénomène facilite l’apparition de certaines maladies inflammatoires chroniques comme la BPCO.

Source

Articles liés :

Risques de cancer : Charcuterie VS Tabac

Quels sont les 10 aliments industriels à éviter ?

Anomalies inquiétantes dans la composition des produits à base de viandes