in

La capacité de survie de ces petits rovers lunaires sera bientôt testée !

rover lunaire
Crédits : Astrobotic

Une société américaine désire effectuer une nouvelle approche en termes d’exploration lunaire. Il est question d’envoyer des petits robots passe-partout en lieu et place des  imposants rovers habituels. La capacité de survie de ces robots d’un nouveau genre sera bientôt testée.

Un contrat déjà signé avec la NASA

Astrobotic Technology est une société américaine développant une technologie de robotique pour des missions spatiales, notamment lunaires. En 2021, une mission sera menée avec l’appui de la NASA, comme le prévoit la récente signature d’un contrat de 79,5 millions de dollars.

Le but ? Acheminer sur la Lune pas moins de 14 charges utiles via l’atterrisseur Peregrine. Au total, ce seront 28 charges utiles qui seront transportées, l’autre moitié l’étant pour le compte d’autres agences spatiales. Un rover fabriqué par Astrobotic Technology devrait également prendre place. Sa principale caractéristique est sa taille, plutôt réduite.

L’atterrisseur Peregrine aura pour mission d’acheminer le petit rover d’Astrobotic Technology sur la Lune
Crédits : Astrobotic Technology

Difficile d’en assurer la viabilité

Le fait est que ce rover signé Astrobotic Technology fait la taille d’un simple grille-pain ! À titre de comparaison, le rover Curiosity de la NASA lancé en 2011 est aussi imposant qu’une voiture. Cependant, un engin aussi petit va également de pair avec de nombreuses problématiques, et ce malgré ses grosses roues.

Habituellement, l’imposante taille des rovers leur permet de résister à l’hostilité de la surface, mais également de transporter de nombreux instruments scientifiques. Sur la Lune, les dangers sont aussi variés que la température, les importantes oscillations, l’environnement irradié ou encore la faible gravité.

D’autres rovers de petite taille

En 2021, l’atterrisseur Peregrine de la NASA transportera d’autres rovers de petite taille vers la Lune. Ceux-ci seront conçus par l’agence spatiale mexicaine (AEXA) et l’agence spatiale japonaise (JAXA). Leurs avantages se situent surtout au niveau du coût réduit de leur fabrication ainsi qu’à leur faible poids et encombrement. Ainsi, si ces petits rovers parviennent à prouver leur capacité à survivre sur la surface de la Lune, nous pourrions assister à une sorte de révolution.

Toutefois, le chemin sera long et parsemé d’embûches. Outre les dangers évoqués plus haut, les rovers devront faire face à d’autres difficultés. En effet, ceux-ci seront plus difficiles à contrôler sur la surface rugueuse de la Lune. Surtout, ils ne pourront pas embarquer beaucoup de panneaux solaires. Cela pourrait poser d’importants problèmes au niveau de la régulation de la température des engins. En revanche, la faible gravité de la Lune – présentée comme étant un danger – pourrait être un avantage car pour avancer, les rovers auront besoin de moins d’énergie.

Sources : The VergeSiècle Digital

Articles liés :

Quand la NASA repère le rover chinois de l’autre côté de la Lune

La JAXA et Toyota s’associent pour le développement d’un rover lunaire

Jeff Bezos dévoile le nouveau design de son alunisseur visant à retourner sur la Lune en 2024