in

La barquette contenant votre déjeuner est-elle écologique ?

boites plastique
Crédits : Flickr / Collin Anderson

Des chercheurs britanniques ont tenté de répondre à la question suivante : quels emballages alimentaires sont considérés comme étant les plus écologiques ? Alors que de plus en plus de personnes sont contre les emballages à usage unique, l’étude en question apporte son lot de nuances.

Des contenants dont la fabrication pollue beaucoup

Chaque année, les nombreux récipients et autres emballages produits aux États-Unis (barquettes, boîtes, etc.) sont à l’origine de l’émission de 297 millions de tonnes de CO2. Y a-t-il une solution pour réduire l’impact environnemental lié à leur production et leur utilisation ?

Des chercheurs de l’Université de Manchester (Royaume-Uni) ont tenté de répondre à cette question dans leur étude publiée dans le Journal of Cleaner Production le 18 décembre 2018. Plusieurs types de contenants ont été pris en compte : les barquettes en aluminium, en polystyrène extrudé (Styrofoam), en polypropylène transparent ou encore en polypropylène (Tupperware réutilisable).

Les scientifiques ont évalué les contenants, en suivant une douzaine de critères de durabilité dont la consommation d’électricité pour leur fabrication, l’impact environnemental des matériaux eux-mêmes, le transport, le recyclage ou encore l’utilisation de l’eau – concernant notamment le lavage du contenant.

Des résultats mitigés

La barquette polystyrène extrudé a une empreinte carbone inférieure de moitié à celle en aluminium, et trois fois moins importante que celle de la boîte réutilisable en polypropylène. En revanche, le Tupperware n’est pas vraiment durable, car celui-ci est difficilement recyclable. En ce qui concerne la barquette en aluminium, si celle-ci est fabriquée en partie grâce au recyclage, le processus est malheureusement très coûteux en énergie.

Quand bien même, la boîte Tupperware est plus écologique que toutes les autres, mais seulement dans le cas où celle-ci est utilisée au moins 18 fois par son propriétaire. La boite en polypropylène transparent est plus écologique que celle en polystyrène extrudé après cinq utilisations. Mais elle est souvent considérée comme étant jetable en raison de sa faible solidité.

Crédits : Pixabay

Davantage de recyclage, mais pas seulement

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont pris en compte les taux de recyclage en vigueur dans l’Union européenne. Il faut savoir que l’aluminium est recyclé à 54 % et le polypropylène à 11 %, mais que le polystyrène et le plastique de la boîte réutilisable ne sont quasiment pas recyclés. Or, les meneurs de l’étude indiquent qu’en améliorant le recyclage de ces matériaux, il serait possible de réduire d’environ un tiers les émissions de CO2.

Les chercheurs ont également soulevé un autre point, à savoir celui de l’utilisation responsable des consommateurs eux-mêmes. Ceux-ci devraient favoriser les récipients réutilisables et réduire leur quantité d’emballage.

« En tant que consommateurs, nous pouvons jouer un rôle important dans la réduction des impacts environnementaux des emballages de produits alimentaires en réutilisant les contenants pour aliments le plus longtemps possible. Notre étude montre clairement que plus nous les réutilisons, moins leur impact sur leur durée de vie est long », a déclaré la professeure Adisa Azapagic dans le communiqué relatant l’étude.

Il y a quelques mois, nous évoquions le bioplastique Nuatan destiné entre autres à éviter que les poissons ne confondent les particules de plastique présentes dans les océans avec le plancton, leur nourriture habituelle. Il pourrait s’agir d’une solution intéressante, bien que l’on en sache peu en ce qui concerne le coût écologique de sa production.

Sources : Phys.org – Futura Sciences

Articles liés :

Nous pourrions bientôt fabriquer du plastique de manière durable

Un français développe des bouteilles 100 % végétales fabriquées à partir de déchets

La lutte contre le plastique à usage unique s’intensifie dans le monde