in

Le JWT repère d’étranges nuages de sable autour d’une étoile ratée

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié une étrange naine brune enveloppée de nuages contenant ​​des grains de silicate ressemblant à du sable. La découverte, décrite dans un nouvel article comme la première détection de ce type, a été réalisée par les instruments NIRSpec et MIRI du James Webb Telescope (JWT).

En service depuis quelques semaines seulement, le JWT nous régale déjà. Il y a quelques jours, l’observatoire nous a notamment gratifiés de sa première photo d’exoplanète, avant de repérer un magnifique anneau d’Einstein. Et ce n’est pas fini. Dans le cadre d’une nouvelle étude s’appuyant sur deux des instruments infrarouges du télescope, une équipe d’astronomes a récemment identifié des preuves de nuages ​​riches en silicate autour d’une naine brune près de vingt fois plus massive que Jupiter.

Pour rappel, les naines brunes sont des objets trop gros pour être considérés comme des planètes, mais pas assez pour soutenir des réactions thermonucléaires comme les étoiles. Ces objets intermédiaires qui sont également appelés « étoiles ratées » peuvent cependant produire un peu de lumière et de chaleur en brûlant du deutérium (un isotope moins courant de l’hydrogène qui contient un neutron supplémentaire).

VHS 1256 b, la naine brune en question, évolue autour de deux petites étoiles naines rouges à 72 années-lumière de la Terre. Les astronomes ont découvert l’objet il y a six ans. À l’époque, ils étaient intrigués par son étonnante lueur rougeâtre. D’après l’équipe, cette lueur pouvait être causée par un certain type d’atmosphère riche en grains de silicate ressemblant à du sable. Les observations du James Webb Telescope viennent de confirmer ces soupçons.

naines brunes
Illustration d’artiste d’une naine brune. Crédits : NASA / JPL-Caltech

Une atmosphère turbulente

Les données du JWT étaient également si détaillées qu’elles ont montré que le rapport des différents gaz change dans l’atmosphère de VHS 1256 b, ce qui suggère que l’atmosphère n’est pas immobile, mais visiblement turbulente.

« Dans une atmosphère calme, il y a un rapport attendu, disons, de méthane et de monoxyde de carbone« , a déclaré Sasha Hinkley, de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni) et coauteur de l’étude. « Toutefois, dans de nombreuses atmosphères d’exoplanètes, nous constatons que ce rapport est très asymétrique, ce qui suggère qu’il y a un mélange vertical turbulent dans ces atmosphères, draguant le dioxyde de carbone des profondeurs pour se mélanger au méthane plus haut dans l’atmosphère. »

VHS 1256 b n’est pas techniquement une exoplanète, mais les mêmes processus pourraient être à l’œuvre dans son atmosphère. Le fait que cette naine brune soit relativement jeune pourrait expliquer ces turbulences.