in

Il est désormais possible d’amener les jurés sur une scène de crime grâce à la VR

Crédits : Université d’Australie-Méridionale

La réalité virtuelle (VR) continue d’élargir son champ d’application. En Australie, des chercheurs ont mené une étude montrant que cette technologie pouvait avoir une réelle utilité dans les salles d’audience. Elle permettrait en effet aux jurés de mieux se représenter certains détails des affaires.

Obtenir de meilleurs verdicts

Si la réalité virtuelle concerne beaucoup les jeux vidéos, elle s’applique aussi à bien d’autres domaines. Citons par exemple la santé, l’industrie, la sécurité, le cinéma ou même l’agriculture avec des casques VR pour apaiser les vaches laitières en Russie. Dans un communiqué publié le 26 juillet 2021, l’Université d’Australie-Méridionale (Australie) évoque un autre usage inédit au sein des salles d’audience des palais de justice.

Il faut dire que reconstituer un crime ou un accident à partir de documents n’est pas chose aisée et c’est d’autant plus vrai lorsque la vie d’une personne est en jeu. Autrement dit, prononcer un verdict correct dans des cas d’homicide ou d’accidents mortels de la route implique d’avoir une connaissance aiguë de l’espace. Or, à moins d’avoir directement accès au lieu où s’est produit l’événement, la marge d’erreur est conséquente.

Les chercheurs australiens ont donc collaboré avec des juristes, des policiers et des médecins légistes pour mettre au point une solution en réalité virtuelle. L’objectif ? Obtenir plus de cohérence en matière de rappel des faits, de précision spatiale, et donc de verdict. Concrètement, la VR permet aux jurés de s’immerger sur le lieu d’une scène de crime, et ce, en pleine salle d’audience.

réalité virtuelle justice
Crédits : Université d’Australie-Méridionale

La réalité virtuelle, une solution d’avenir

Les scientifiques disent avoir reconstitué les événements à l’aide un scanner laser afin de mettre au point leur solution. Leur expérience impliquait deux groupes de jurés, le premier utilisant des casques VR, et le second des photographies de la scène. Selon les résultats, la réalité virtuelle a demandé beaucoup moins d’efforts que l’utilisation de photographies pour reconstituer la séquence des événements. Dans le cas d’un accident de voiture, les jurés équipés d’un casque VR étaient plus susceptibles de se souvenir correctement de l’emplacement du véhicule au moment de l’accident par rapport à la victime.

La Dre Carolin Reichherzer, principale autrice des travaux, a rappelé que les visites sur site restaient la norme d’excellence afin de fournir aux jurés une impression réaliste. Néanmoins, elles ont aussi des inconvénients. Ces sorties sont souvent coûteuses et parfois, le site en question a changé d’apparence, rendant difficile l’appréhension des détails de l’affaire. Ainsi, les chercheurs sont convaincus que la VR est une solution d’avenir dans les salles d’audience.