Juno capture des volcans en éruption sur la lune Io

Io volcans
Une belle image d'Io vue par Juno. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/AndreaLuck CC BY 2.0

La sonde spatiale Juno de la NASA a récemment accompli sa 58e rencontre rapprochée avec Jupiter et enchaîné avec deux nouveaux survols étroits de Io. Cette lune galiléenne est notamment célèbre pour son activité volcanique. Elle abrite en effet les premiers volcans actifs découverts au-delà de la Terre. Les images récentes capturées par Juno montrent d’ailleurs certains de ces volcans en éruption.

Io, une petite lune volcanique

Io est l’une des lunes les plus fascinantes et dynamiques de Jupiter, la plus grande planète de notre Système solaire. Découverte par l’astronome Galilée en 1610, cette petite lune a un diamètre d’environ 3 642 kilomètres, ce qui en fait la quatrième plus grande lune de Jupiter et la troisième du Système solaire. Sa surface est marquée par une variété de caractéristiques géologiques, dont des montagnes, des plaines et des caldeiras.

Ce qui rend Io véritablement unique, c’est son activité volcanique extrême. La lune abrite en effet les volcans les plus actifs de tout le Système solaire. Ces éruptions sont alimentées par des forces de marée qui résultent de l’interaction gravitationnelle entre Io, Jupiter et d’autres lunes galiléennes. Ces forces de marée génèrent une chaleur intense à l’intérieur d’Io, ce qui provoque des éruptions de lave spectaculaires pouvant atteindre des altitudes de plusieurs kilomètres.

Io a été étudiée de près par plusieurs missions spatiales, dont la sonde spatiale Galileo de la NASA. Au cours de ces dernières années, la sonde Juno a également effectué des survols rapprochés d’Io, capturant des images détaillées de sa surface et contribuant ainsi à une meilleure compréhension de ses caractéristiques géologiques.

Nouveaux survols, nouvelles photos

Au cours du dernier mois, Juno a réalisé deux nouveaux survols de la petite lune et s’est rapprochée à environ 1 500 kilomètres de sa surface. L’objectif était de déterminer s’il existe un océan de magma mondial sous la surface d’Io qui alimente des lacs de lave et des éruptions volcaniques.

Scott Bolton, chercheur principal de Juno au Southwest Research Institute, avait souligné il y a quelques mois l’importance de ces observations pour étudier le corps céleste le plus volcanique de notre Système solaire. En surveillant Io au fil du temps, les scientifiques peuvent observer la variabilité des volcans, leur fréquence d’éruption, leur luminosité et même s’ils sont isolés ou en groupes.

Les dernières photos capturées au cours de ces deux survols ont également révélé certains de ces volcans en éruption.

io
Une version agrandie de l’image principale montrant les panaches des volcans. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/ AndreaLuck CC par 2.0

Pour rappel, le vaisseau spatial tourne autour de Jupiter depuis le 5 juillet 2016. Il ne lui reste que quelques mois de recherche scientifique, après quoi la mission sera clôturée en septembre 2025.

Son orbite autour de la planète a également été raccourcie. La fréquence du périjove, qui représente le point le plus proche de la sonde spatiale par rapport à la surface de Jupiter, a en effet été ajustée au fil du temps. Initialement fixée tous les 53 jours, cette fréquence avait été réduite à 43 jours en 2021, puis à 38 jours en 2022. À présent, la sonde effectuera un périjove tous les 33 jours.