in

Jour du dérèglement : à partir de ce 5 mars, la France rejette plus de CO2 que son territoire ne peut en absorber

Crédits : Free-Photos/pixabay

Une étude vient d’évaluer les émissions de la France à environ 450 millions de tonnes équivalent CO2 pour 2020. Notre pays s’était pourtant fixé un plafond annuel de 80 millions d’ici à 2050.

Notre planète suit une trajectoire climatique véritablement dangereuse. Et la tendance devrait se poursuivre. Selon les actions qui seront mises en place au cours de ces prochaines années, la communauté scientifique anticipe une hausse de la température moyenne globale de +2 à +6°C d’ici la fin du siècle, comparée aux moyennes pré-industrielles.

La Terre est habituée aux changements, mais ces mutations s’opèrent généralement sur plusieurs millions d’années. De nos jours, tout va trop vite. Une telle évolution climatique enregistrée sur un laps de temps aussi court menace donc non seulement notre environnement écologique, mais également notre position économique et sociétale.

Le plafond explosé dès le 5 mars

Il est donc impératif de freiner la tendance, et pour se faire, nous devons nous fixer des objectifs. La France, par exemple, a déclaré vouloir atteindre la neutralité carbone dès 2050.

Pour y arriver, le pays s’est fixé un plafond annuel de 80 millions de tonnes d’émissions (il y a des rejets qui sont forcément incompressibles, comme ceux issus de l’agriculture, mais qui devraient être compensés par des puits de carbone naturels, comme les forêts). Donc finalement, ces 80 millions de tonnes représentent ce que notre pays est capable d’absorber.

Ainsi, si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques à l’échelle nationale, nous ne devrions pas dépasser cette limite chaque année. Or, un nouveau rapport du cabinet de conseil Carbone 4 vient d’estimer que les émissions françaises avoisineront les 450 millions de tonnes équivalent CO2 pour 2020.

Si nous lissons toutes ces émissions sur une année, le cabinet a calculé que nous avions en réalité, à compter de ce jour, déjà atteint notre plafond fixé 80 millions de tonnes de carbone. Ce 5 mars représente donc aujourd’hui le « jour du dérèglement ». Ce qui veut dire que dès demain, notre pays vivra sur ses dettes climatiques.

réchauffement climatique
Crédits : Pixabay

On souligne par ailleurs que, au rythme actuel, l’objectif de neutralité carbone de la France ne pourrait être atteint qu’en 2085, soit 35 ans après la date fixée.

« On savait que la France n’était pas sur les rails, mais pas qu’il y avait autant de chemin à parcourir. Il ne reste qu’une génération – trente ans – pour faire reculer le jour du dérèglement de 300 jours, jusqu’au 31 décembre, a commenté Célia Gautier, responsable climat-énergie Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme (FNH). Chaque jour où l’on procrastine vient creuser notre dette climatique. Or, on ne voit aucune redirection du gouvernement par rapport au retard accumulé« .

Notez que l’expression « jour de dérèglement » est un clin d’oeil au désormais célèbre « jour du dépassement », calculé par le Global Footprint Network. Celui-ci fixe la date à laquelle l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la Terre peut régénérer en un an. Pour rappel, ce « Jour de dépassement » avait été atteint le 29 juillet l’année dernière.

Source

Articles liés :

Un grand minimum solaire serait-il en mesure de stopper le réchauffement climatique ?

Plus d’accidents, d’agressions mortelles et de suicides à cause du réchauffement climatique

Des chercheurs ont un plan pour s’attaquer à la crise climatique