in

« Le jour d’après » pourrait-il réellement se produire ?

Crédits : Affiche du film Le Jour d'Après, Roland Emmerich

Des chercheurs britanniques ont repris le scénario climatique de base du film « Le jour d’après » dans le but de comprendre quel pourrait être la portée de ce modèle dans la réalité, brusquant les dynamiques à l’œuvre. Nous allons voir que les motivations d’une telle étude ne reposent pas sur une fiction.

Le Jour d’après est un film américain sorti en salles en 2004 dont les acteurs principaux sont Dennis Quaid et Jake Gyllenhaal. Le scénario implique des dérèglements climatiques importants et soudains qui se produisent sur la planète, incarnés par des déluges, cyclones, et températures en chute libre pour arriver à une « cristallisation du monde » à -101°C.

Ce scénario qui avait fait bondir les climatologues et paléoclimatologues, a été repris dans une étude scientifique menée par des chercheurs de l’Université de Southampton au Royaume-Uni. Ces derniers, emmenés par le professeur Sybren Drijfhout, sont partis de l’élément déclencheur de la nouvelle ère glacière à l’œuvre dans le film : l’effondrement de la circulation atmosphérique (comprenant le courant océanique Gulf Stream) et son retour vers le Sud Atlantique (AMOC).

800px-Golfstream
Crédits : NOAA

Cette idée d’étude est arrivée avec la constatation, il y a quelque mois, de l’émergence d’une bulle d’eau très froide dans l’océan Atlantique Nord, ce qui pourrait être, selon les scientifiques, un premier symptôme de la paralysie du courant marin se déplaçant à partir des côtes de l’Amérique centrale jusqu’à l’Europe (Gulf Stream). Ce dernier est habituellement responsable des hivers plutôt cléments en Europe de l’Ouest, comparés aux hivers bien plus rudes en Amérique du Nord sur des longitudes similaires.

Le Pr. Drijfhout a utilisé le modèle de circulation atmosphérique allemand ECHAM de l’Institut Max-Planck à Hambourg, afin de comprendre ce qui se passerait à l’issue de la fonte des glaces de l’Arctique, dans le cas où le courant océanique disparaitrait. Selon lui, la Terre entrerait dans une période de refroidissement pendant 20 ans avant de retrouver une dynamique positive. Bien entendu, celui-ci serait beaucoup plus progressif que dans le scénario du film.

AMOC temperature.jpg_SIA - JPG - Fit to Width_800_true
Crédits : University of Southampton / NOAA
temperatures-atlantique-nord
Crédits : University of Southampton / NOAA

Selon de nombreux chercheurs, une tendance déjà en marche se poursuivrait : les hivers en Europe ont tendance à être de plus en plus rudes, favorisés par l’apport de flux d’eaux plus froides arrivant de l’Arctique, à la place des flux d’eaux chaudes provenant d’Amérique centrale.

Une étude antérieure, menée par le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) avait déjà communiqué à propos de cette bulle d’eau froide, confirmant un affaiblissement du système océanique comprenant le Gulf Stream.

Sources : La Terre du FuturGlobal Climat