in

JO 2016 : pourquoi autant de préservatifs distribués aux athlètes ?

Crédits Pixabay

Les Jeux Olympiques de Rio n’ont pas encore débuté qu’un record a déjà été établi : celui du nombre de préservatifs distribués aux athlètes des différentes délégations. Et pourtant, il n’y aurait rien de farfelu dans une telle initiative qui serait vouée à faire face à une menace sanitaire bien présente.

« Nous distribuerons 450 000 préservatifs aux athlètes à partir du 24 juillet, date de l’ouverture du village olympique » a déclaré un porte-parole du Comité Olympique, des propos relayés par le journal L’Équipe.

Ceci revient à dire qu’en moyenne, chacun des athlètes des JO 2016 recevra 42 préservatifs. En auront-ils assez ? À savoir que sur les 450 000 préservatifs qui seront distribués, 150 000 seront féminins. Et il s’agit d’un record puisque par exemple, lors des JO d’hiver de Sotchi en 2014 (Russie), « seulement » 100 000 préservatifs avaient été mis à disposition des participants. Il s’agit d’une « tradition » depuis les JO de Barcelone qui s’étaient déroulés en 1992. Cette année, les athlètes pourront se fournir dans la polyclinique du Village Olympique et dans les 41 distributeurs prévus à cet effet.

« Le Brésil a un plan de prévention contre le sida qui est un exemple dans le monde. Le Brésil encourage les relations sexuelles protégées et les athlètes sont un exemple pour la population. Ils pourront avoir un rôle important dans la lutte contre le sida » expliquait ce même porte-parole du Comité Olympique.

Ainsi depuis 1992, les Jeux Olympiques participent à la lutte contre le Sida. Cependant, dans le contexte actuel au Brésil, c’est-à-dire d’épidémie du virus Zika, les athlètes seront donc plutôt rassurés. En effet, cette maladie est également transmissible lors de rapports sexuels.

Le porte-parole du Comité Olympique indique également que de « nombreux athlètes qui viennent aux JO n’ont pas accès aux préservatifs et les emporteront dans leur pays ». Tout un symbole pour le Brésil qui endosse le rôle de pionner au niveau de la lutte contre le Sida, mettant à disposition un traitement gratuit pour les 730 000 séropositifs du pays.

Sources : Courrier International20 MinutesL’Équipe