in

Un jeune garçon de 4 ans inspire un nouveau système de don d’organes

Crédits : UCLA Health

Un ancien juge californien est à l’origine d’un système de don d’organes qui consiste à offrir son rein tout de suite à un étranger en échange d’un « coupon » qu’il peut remettre à un proche en attente d’un greffon. Le coupon lui permettra de se hisser en haut de la liste des personnes en attente de greffes.

Lorsque Howard Broadman, juge à la retraite, s’est rendu compte que son petit-fils de quatre ans aurait besoin d’un jour de transplantation rénale, il s’est rendu compte qu’il devait faire quelque chose. Le problème était que le moment venu, l’homme serait trop vieux pour donner son rein à son petit-fils. De plus, le nombre de donneurs étant limité, son petit-fils pouvait ne jamais bénéficier d’un greffon disponible. Parmi les 93 000 personnes en attente d’une greffe de rein aux États-Unis, douze d’entre elles meurent chaque jour. Il a néanmoins trouvé une solution de contournement unique. Les résultats de cette solution ont été publiés dans la revue Transplantation.

En 2014, Broadman, alors âgé de 64 ans, a tout bonnement approché les médecins du Programme de transplantation rénale de l’UCLA, en Californie et leur a fait une demande unique : s’il devait faire don d’un de ses reins à un étranger qui en avait besoin immédiatement, son petit-fils pourrait-il recevoir un « bon » lui permettant de recevoir une transplantation dans un plus bref délai ? Une proposition que Jeffrey Veale, le chirurgien de l’UCLA, a acceptée avant de mettre en place un programme de bons.

Bien que le coupon ne garantisse pas une transplantation, il permet à son détenteur de bénéficier d’une priorité élevée. Une précédente étude a montré que plus d’un tiers des personnes ayant besoin d’une greffe étaient incapables de recevoir le rein issu d’un don d’ami ou d’un proche en raison d’incompatibilité biologique, aussi ce système pourrait encourager de nombreuses personnes à faire un don de rein pour améliorer la situation de l’un de leurs proches et créer une « longue » chaîne de dons. En encourageant les donateurs à se séparer de leurs organes tout de suite, cela permet au passage de fournir des reins aux patients qui en ont besoin immédiatement. Et à terme, l’adoption plus large d’un tel programme pourrait conduire à des milliers d’autres dons.

Au total, le National Kidney Registry des États-Unis a jusqu’à présent délivré 21 coupons dans 30 hôpitaux différents, déclenchant des chaînes de dons qui ont conduit à 68 transplantations. « Pour la première fois dans l’histoire, nous pourrions effectivement commencer à réduire la liste d’attente », note Jeffrey Veale. « Si seulement une fraction des 40 millions de malades rénaux chroniques aux États-Unis avaient un donateur comme le juge Broadman, alors des milliers de vies supplémentaires pourraient être sauvées ».

Source