in

Japon : une étude indique que les requins-baleines seraient en fait omnivores !

Crédits : Wikipedia

Le requin-baleine est considéré comme le plus grand poisson du monde. Depuis toujours, nous pensions que celui-ci était carnivore, mais une étonnante étude récemment menée par des chercheurs nippons a permis de conclure à un régime omnivore.

Une étude intrigante

Pouvant atteindre de manière exceptionnelle une longueur de 20 mètres et une masse de plus de 30 tonnes, le requin-baleine (Rhincodon typus) est plus souvent observable à une taille comprise entre 4 et 14 mètres. Ces dimensions en font le poisson le plus imposant du monde. Celui-ci n’est d’ailleurs pas une menace pour l’Homme, car il n’a aucune agressivité et a tendance à se déplacer assez lentement.

Cependant, il n’en reste pas moins un requin, et il est depuis longtemps commun de penser que ces poissons sont exclusivement carnivores. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Tokyo (Japon) et publiée dans la revue Ecological Monographs le 16 janvier 2019 suggère pourtant que les requins-baleines sont omnivores, incluant dans leur régime des plantes telles que des algues.

Afin d’affirmer que les requins-baleines sont des poissons omnivores, les chercheurs ont analysé des échantillons sanguins et tissulaires prélevés sur une dizaine de spécimens vivant en captivité et à l’état sauvage. Plus précisément, les différentes formes – ou isotopes – d’atomes clés tels que l’azote et le carbone ont été mesurés dans ces échantillons. Ainsi, le ratio de ces atomes a permis aux chercheurs d’en savoir davantage sur le régime des requins-baleines. Par exemple, ces poissons ont besoin d’une grande quantité de nourriture, mais certains sont également capables de jeûner durant plusieurs mois !

Crédits : Flickr/Brian Gratwicke

Les plantes à la base de leur alimentation

Il s’avère que si quelques études antérieures ont déjà attesté de la présence d’algues dans l’estomac de requins-baleines, l’étude japonaise est la première à affirmer que les plantes peuvent être une des bases de leur alimentation ! De plus, si nous savions déjà que le mode d’alimentation de ces poissons écartait les particules en fonction de leur taille – et non pas par espèce -, l’étude en question nous apprend que beaucoup de nutriments provenant des algues sont utilisés par l’animal.

Ainsi, le caractère « accidentel » de ce régime un peu plus vert est à minimiser, surtout que les chercheurs ont également découvert des enzymes particulières présentes dans leur estomac destinées à digérer les plantes ! Enfin, les scientifiques ont indiqué qu’il était nécessaire de connaître parfaitement les habitudes alimentaires du requin-baleine afin de chercher des moyens de le protéger, car il s’agit en effet d’un animal menacé.

Sources : Science DailyNational Geographic

Articles liés :

Les requins-baleines pourraient vivre jusqu’à 130 ans

Des plongeurs filment le sauvetage un requin-baleine piégé dans un filet de pêche

126 pays signent un pacte de protections des requins !