Pourquoi le Japon va-t-il lancer le tout premier satellite en bois de l’histoire ?

LignoSat2 bois satellite 2
Crédits : Kyoto University

Il y a quelques mois, l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) avait annoncé vouloir placer sur orbite un satellite en bois, une première. Cette innovation a un objectif, à savoir réduire la pollution spatiale. Comment le concept fonctionne-t-il ?

Un satellite en bois en orbite

Lorsque l’on évoque l’exploration spatiale, une préoccupation revient assez souvent : la pollution spatiale ou plutôt, les débris spatiaux. Cette question est si importante que dernièrement, la Federal Communications Commission (FCC) aux États-Unis a sévi. En effet, la FCC a infligé une amende de 150 000 dollars au fournisseur de télévision par satellite DISH pour avoir laissé des débris spatiaux après la désorbitation de son satellite EchoStar-7 en 2022. Alors que la plupart des débris spatiaux proviennent des satellites en fin de vie, des innovations apparaissent çà et là afin de limiter ce fléau. En novembre 2023, Live Science révélait par exemple que l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) prévoyait de placer en orbite un satellite en bois pour la toute première fois.

Ce curieux projet a pris racine lors d’une expérience baptisée LignoStella Space Wood, menée par une équipe de l’Université de Kyoto (Japon) en 2020. Elle avait permis l’envoi dans l’espace des échantillons de bois avec pour objectif d’examiner l’endurance du matériau dans cet environnement hostile. Par ailleurs, les échantillons concernaient trois types de bois, à savoir le bouleau d’Erman, le cerisier du Japon et le magnolia bovate. Après 290 jours à bord de la Station Spatiale internationale (ISS), les échantillons ont fait leur retour sur Terre et ont été examinés.

LignoSat2 bois satellite
Crédit : Kyoto University / @spaceKUwood sur X

Quel est l’intérêt de cette initiative ?

Rappelons que dans l’espace, tout objet est soumis à d’énormes variations de température, mais également aux rayonnements cosmiques ainsi qu’aux particules chargées provenant du Soleil. Après l’analyse des échantillons, les chercheurs nippons ont porté leur choix sur le bois de magnolia bovate. Selon les experts, ce bois se caractérise par une bonne résistance globale et une grande maniabilité. Finalement, ce bois est entré dans la composition du LignoSat2, le premier satellite du genre jamais conçu, dont le lancement devrait avoir lieu en 2024.

Mais quel est l’intérêt de cette initiative dans la lutte contre les déchets spatiaux ? La conception du LignoSat2 devrait tout simplement lui permettre de se consumer quasi entièrement lors de sa rentrée atmosphérique après sa mission. Cela permettrait de limiter fortement les habituelles minuscules particules d’aluminium qui augmentent les risques de collision avec d’autres engins spatiaux en plus de représenter un danger pour l’environnement terrestre.

La JAXA travaille toujours sur son prototype de LignoSat2. Au moment de son lancement, ce dernier devrait être équipé de capteurs spéciaux pour évaluer ses performances en mission.