in

Le JWT se focalisera aussi sur le trou noir supermassif de la Voie lactée

Crédits : geralt/Pixabay

Le James Webb Telescope utilisera ses capacités infrarouges pour sonder l’environnement du trou noir supermassif posté au centre de la galaxie. Bien que Sagittarius A* soit plus proche que M87*, imagé en 2019, la nature scintillante de cet objet a toujours compliqué son analyse.

Les chercheurs impliqués dans le projet Event Horizon Telescope nous présentaient en 2019 la première photo de l’ombre d’un trou noir. Nommé M87*, vous retrouverez cet ogre cosmique, à l’intérieur duquel tout le Système solaire pourrait couler, à environ 55 millions d’années-lumière de la Terre.

Cette première historique permit aux astronomes de confirmer certaines théories concernant ces objets énigmatiques, mais il reste encore beaucoup de questions sans réponses. C’est pourquoi les chercheurs aimeraient se focaliser sur d’autres trous noirs, parmi lesquels figure Sagittarius A*, situé au centre de la Voie lactée.

Pour le projet Event Horizon Telescope, les astronomes avaient combiné la puissance de huit grands radiotélescopes de manière à n’en former qu’un seul beaucoup plus puissant. Pour ces nouvelles ambitions, l’objectif serait de greffer d’autres observatoires à cette incroyable structure, ce qui nous ramène au James Webb Telescope.

Un oeil sur Sagittarius A*

Le nouvel observatoire spatial de la NASA, qui doit entamer ses premières opérations scientifiques cet été, se joindra en effet à ces efforts pour tenter de comprendre la nature de Sagittarius A*. Comme l’expliquent les responsables du JWT dans un communiqué, bien que ce trou noir soit plus proche que M87*, sa tendance à s’embraser régulièrement fait de cet objet une cible beaucoup plus difficile.

« Alors que le noyau de M87 présentait une cible stable, Sagittarius A* présente de mystérieuses fusées scintillantes toutes les heures, ce qui rend le processus d’imagerie beaucoup plus difficile« , peut-on lire. « Webb aidera avec ses propres images infrarouges de la région du trou noir, fournissant des données sur la présence d’éruptions qui seront une référence précieuse pour l’équipe EHT. » Pour rappel, ces éruptions se produisent lorsque des particules chargées sont accélérées autour du trou noir à des énergies plus élevées, créant une émission de lumière.

james webb trou noir
Crédits : NASA

Lancé le 25 décembre dernier, le James Webb Telescope observera le trou noir sous deux longueurs d’onde infrarouges depuis son « perchoir » à plus de 1,5 million de kilomètres de la Terre. Les données recueillies compléteront alors les données du réseau de télescopes au sol de manière à générer une image beaucoup plus « propre » et facile à interpréter.

En cas de succès, les chercheurs s’attendent à ce que ces travaux précisent les causes de ces éruptions, ce qui pourrait ensuite fournir des informations pour étudier les trous noirs, les éruptions solaires ou la physique des particules de manière plus générale.