in

Le James Webb Telescope fait un pas de plus vers son envol

james webb telescope
Crédits : ESA/CNES/Arianespace

Les membres de l’équipe de mission ont terminé d’alimenter le James Webb Telescope en carburant avant son lancement prévu le 22 décembre prochain depuis la Guyane française. Le ravitaillement aura duré une dizaine de jours.

Après une longue série de retards, certains liés à des problèmes techniques, d’autres à des soucis budgétaires, le James Webb Telescope (JWT) est toujours sur la bonne voie pour être lancé le 22 décembre depuis le Centre spatial guyanais à Kourou, en Guyane française, coiffé au sommet d’une fusée Ariane 5 d’Arianespace.

Le JWT pourra manœuvrer dans l’espace

L’une des dernières étapes avant son envol consistait à ravitailler l’observatoire en carburant. Ces opérations, un effort de collaboration internationale entre la NASA, l’ESA et l’Agence spatiale canadienne, se sont déroulées entre le 23 novembre et le 3 décembre derniers.

« Les réservoirs de propergol ont été remplis séparément de 79,5 litres d’oxydant tétroxyde de diazote et de 159 litres d’hydrazine« , écrit l’ESA dans un communiqué. L’agence européenne ajoute que l’oxydant « améliore l’efficacité de combustion du carburant hydrazine« .

Pour manipuler en toute sécurité ces propulseurs très toxiques, les spécialistes portaient des combinaisons d’ensemble de protection atmosphérique autonome ou « SCAPE ».

Concrètement, le carburant et l’oxydant seront utilisés ensemble pour maximiser la puissance des plus grosses brûlures des propulseurs du télescope. Ces dernières permettront de faire des corrections orbitales à mi-parcours. Elles faciliteront également l’insertion et la maintenance du JWT sur son point de Lagrange L2, à 1,5 million de kilomètres de la Terre où les forces gravitationnelles du Soleil et de notre planète s’équilibrent.

L’hydrazine seule sera quant à elle utilisée pour les petites brûlures par les minuscules propulseurs de précision du moteur à réaction monergol du JWT. Ces manœuvres seront utilisées pour le repointage à grand angle et pour gérer l’élan du vaisseau.

james webb telescope
Les combinaisons utilisées pour les opérations de remplissage en carburants. Crédits : NASA

Encore un long chemin à parcourir

Cette phase désormais clôturée, l’équipe de la mission va maintenant se charger d’intégrer le télescope à l’intérieur du carénage de sa fusée Ariane 5. La paire nouvellement rejointe sera ensuite déplacée vers le bâtiment d’assemblage final pour les derniers préparatifs avant le décollage.

Une fois lancé avec succès et dans l’espace, Webb entamera une série compliquée de manœuvres dans l’espace lointain avant de rejoindre son poste d’observation. À son arrivée, le télescope passera six mois en période de mise en service pendant laquelle l’équipe s’assurera que ses instruments fonctionnent correctement. Ce long voyage devra se faire sans la moindre fausse note.

Le JWT, le télescope le plus puissant jamais lancé dans l’espace, pourra ensuite enfin sonder l’univers en lumière infrarouge. Les scientifiques utiliseront ses instruments pour scruter plus loin dans le cosmos que jamais auparavant, leur donnant un aperçu sans précédent de notre passé. La puissante technologie d’observation de Webb permettra également aux chercheurs d’explorer certains des plus grands mystères de l’astrophysique tels que la matière noire et l’énergie noire.