in

Quand le télescope James Webb prendra-t-il ses premières images ?

Illustration du James Webb Telescope en orbite. Crédits : ESA

Le James Webb Telescope poursuit son voyage, en route vers le point de Lagrange 2 à plus de 1,5 million de kilomètres de la Terre. Positionné en orbite, l’observatoire le plus puissant que jamais lancé dans l’espace se focalisera sur les premières étoiles et galaxies, mais également sur plusieurs exoplanètes proches. Mais concrètement, quand pourra-t-on apprécier ses premières images ?

Le James Webb Telescope a finalisé son processus de déploiement millimétré dans l’espace. Les contrôleurs de mission ont en effet clôturé le déploiement de son énorme pare-soleil, avant d’enchaîner avec l’ouverture de son miroir secondaire. Le télescope vient par ailleurs de déployer avec succès le dernier segment de son énorme miroir primaire, chargé de réfléchir les lumières venues des profondeurs du cosmos.

Si tout se passe comme prévu, le télescope arrivera ensuite autour du point de Lagrange 2, sa destination finale, le 23 janvier prochain, soit 29 jours après son lancement.

Encore un peu de patience

Cependant, ne vous attendez pas à profiter de ses premières images dès la fin janvier. À ce stade, l’équipe de mission devra alimenter et tester les quatre instruments scientifiques de l’observatoire, à savoir sa caméra infrarouge proche (NIRCam), le spectrographe infrarouge proche (NIRSpec), l’instrument infrarouge moyen (MIRI) et le FGS-NIRISS, un instrument combinant un capteur de guidage fin, un imageur dans le proche infrarouge et un spectrographe.

La NASA devra également aligner précisément les dix-huit segments de miroir primaire, de manière à ce qu’ils puissent agir comme une seule surface collectrice de lumière. Enfin, les semaines suivantes impliqueront les étalonnages finaux et l’achèvement du processus de mise en service.

james webb telescope pare-soleil
Une animation montre l’orbite finale prévue du télescope spatial James Webb autour du point de Lagrange 2, ou L2. Crédits : NASA

Les opérations scientifiques devraient finalement commencer dans six mois environ. D’après Joel Primack, l’Université de Californie à Santa Cruz, interrogé par Newsweek, les premiers mois d’observations seront concentrées sur plusieurs galaxies lointaines, certaines formées seulement cent millions d’années après le Big Bang.

La raison pour laquelle le JWT permettra aux astronomes de remonter plus loin dans le temps qu’auparavant est qu’il sera capable d’observer le cosmos dans les régions infrarouges du spectre électromagnétique, à des longueurs d’onde plus longues que Hubble. Cela lui permettra de voir des objets à de plus grandes distances, et donc de remonter plus loin dans le temps.

Aussi, une série d’images de « première lumière » pourrait être partagée par la NASA dès cet été. D’autres images de meilleure qualité arriveront ensuite. On ignore néanmoins encore précisément quels objets seront ciblés, tant les demandes soumises ont été nombreuses.