in

Le James Webb Telescope perçoit enfin sa première lumière

Vous pouvez ici voir les trois pièces reliant les deux miroirs. Crédits : NASA

L’un des instruments embarqués du James Webb Telescope vient de détecter ses premiers photons émis par une étoile lointaine. Les ingénieurs en charge de la mission pourront désormais s’appuyer sur cette lumière pour entamer le processus d’alignement des dix-huit segments de son miroir principal.

Le James Webb Telescope poursuit son long processus de déploiement. Le 24 janvier dernier marquait une étape importante avec la mise en orbite réussie de l’observatoire autour du point de Lagrange 2 (L2) à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Cette orbite maintiendra en effet le télescope dans la même position par rapport à la Terre et au Soleil. Elle garantira également que le Soleil ne sera pas éclipsé par la Terre du point de vue du télescope, ce qui pourrait affecter la stabilité thermique des instruments.

Première lumière

Plus récemment, l’observatoire s’est également illustré en détectant avec succès sa première source de lumière. Ce premier lot de photons a été détecté par l’instrument de caméra infrarouge proche (NIRCam). Tous ont été émis par HD 84406, une étoile située à près de 260 années-lumière. Vous la retrouverez dans la constellation de la Grande Ourse.

Cette image et d’autres à venir seront utilisées par l’équipe de mission pour assurer l’alignement des différents segments du miroir principal, de manière à ne former qu’un seul et même collecteur de lumière concave. Ce processus, qui doit durer environ trois mois, se déroulera en plusieurs étapes nécessitant une précision extraordinaire.

« Pour fonctionner ensemble comme un seul miroir, les dix-huit segments de miroirs primaires du télescope doivent correspondre les uns aux autres à une fraction de longueur d’onde de lumière, environ cinquante nanomètres« , souligne en effet la NASA. « Pour mettre cela en perspective, si le miroir principal de Webb avait la taille des États-Unis, chaque segment aurait la taille du Texas. Et l’équipe devrait aligner la hauteur de ces segments de la taille du Texas avec une précision. d’environ quatre centimètres« .

james webb
Crédits : ESA

De premières « vraies » images cet été

Pour cette « première lumière », les photons entrants ont ici produit une image montrant dix-huit points de lumière flous, les différents segments n’étant évidemment pas alignés. Les ingénieurs continueront de s’appuyer sur les données recueillies par la NIRCam pour aligner progressivement le miroir en restant focalisés sur la même étoile, de manière à produire une seule image focalisée de l’objet.

La NASA prévient : toutes les images recueillies au cours de ces trois prochains mois ne seront pas très jolies. Cependant, ce n’est pas le but. Les premières vraies images devraient quant à elles pouvoir être partagées dès cet été. Dès lors, les chercheurs pourront alors commencer à sonder les profondeurs de l’Univers, à la recherche des sources de lumière les plus anciennes. Croisons donc les doigts pour que ces prochaines étapes importantes se déroulent comme prévu.