James Webb repère deux des galaxies les plus lointaines jamais observées

james webb galaxies
JADES-GS-z14-0, la galaxie la plus ancienne et la plus lointaine jamais vue par l'humanité dans une image NIRCam capturée par le JWST. Crédits : NASA, ESA, CSA, STScI, B. Robertson (UC Santa Cruz), B. Johnson ( CfA), S. Tacchella (Cambridge), P. Cargile (CfA).

Le télescope spatial James Webb (JWST) continue de faire des découvertes révolutionnaires dans le domaine de l’astronomie. L’observatoire vient en effet de repérer deux des galaxies les plus anciennes et les plus éloignées jamais observées, battant ainsi ses propres records. Ces découvertes offrent des perspectives inédites sur l’univers primitif et la formation des premières galaxies.

Deux galaxies primordiales repérées par le télescope spatial James Webb

La galaxie la plus éloignée découverte, JADES-GS-z14-0, remonte à environ 300 millions d’années après le Big Bang. Cela signifie que sa lumière a voyagé pendant 13,5 milliards d’années pour atteindre le miroir principal de l’observatoire. Une autre galaxie, JADES-GS-z14-1, a également été repérée et se classe parmi les plus anciennes jamais observées.

Ces galaxies font partie d’une enquête menée dans le cadre du programme JWST Advanced Deep Extragalactic Survey (JADES). Ce dernier vise à explorer les débuts de l’Univers, notamment la formation des étoiles, des gaz et des trous noirs dans les galaxies primordiales. Ces observations aident les scientifiques à mieux comprendre comment les galaxies se sont formées et ont évolué dans les premières centaines de millions d’années après le Big Bang.

JADES-GS-z14-0 galaxies james webb
La galaxie JADES-GS-z14-0 vue par le télescope spatial James Webb est la plus lointaine et la plus ancienne jamais observée, existant à seulement 300 millions d’années. Crédits : NASA, ESA, CSA, STScI, B. Robertson (UC Santa Cruz), B. Joh

Caractéristiques de JADES-GS-z14-0

Au début, les scientifiques pensaient que JADES-GS-z14-0 pouvait être la galaxie voisine d’une autre plus proche. Cette confusion est compréhensible, car sa lumière semblait superposée à celle d’une galaxie de premier plan. Cependant, des analyses plus détaillées ont rapidement dissipé cette idée.

En octobre dernier, l’équipe JADES a utilisé des filtres spécifiques pour l’examiner de près avec la caméra proche infrarouge (NIRCam) du télescope James Webb. Ces observations ont confirmé que JADES-GS-z14-0 est en réalité beaucoup plus éloignée, à environ 13,5 milliards d’années-lumière de la Terre. Elle se distingue par ailleurs non seulement par sa grande distance, mais aussi par ses caractéristiques physiques. Avec une largeur d’environ 1 600 années-lumière, elle est en effet relativement grande pour une formation aussi ancienne.

En outre, sa luminosité exceptionnelle est principalement due à la présence d’un grand nombre de jeunes étoiles. Ces étoiles naissantes brillent intensément, contribuant à la lumière que nous observons aujourd’hui. Cette observation tranche avec certaines galaxies très anciennes où la lumière est dominée par l’activité intense autour de trous noirs supermassifs. Cette caractéristique permet aux scientifiques de mieux comprendre la dynamique de la formation des étoiles dans les premières galaxies de l’Univers.

Enfin, en plus de sa grande distance et de sa luminosité, JADES-GS-z14-0 a aussi révélé des indices surprenants, comme la présence d’oxygène, qui indiquent que plusieurs générations d’étoiles ont déjà vécu et sont mortes dans cette galaxie.

La découverte de JADES-GS-z14-0 est ainsi cruciale pour plusieurs raisons. Premièrement, elle démontre que des galaxies massives et lumineuses pouvaient se former très rapidement après le Big Bang. Deuxièmement, elle offre un exemple tangible de la diversité de ces objets qui existaient à l’aube cosmique. Enfin, son analyse détaillée pourrait aider les astronomes à affiner leurs modèles de formation des galaxies et à comprendre les conditions qui régnaient dans l’Univers primitif.