James Webb aura du pain sur la planche l’année prochaine

james webb telescope
Une illustration du télescope James Webb en orbite. Crédits : dima_zel/istock

L’annonce du Space Telescope Science Institute concernant les propositions d’astronomie sélectionnées pour le télescope spatial James Webb (JWST) au cours des deux prochaines années offre un aperçu fascinant des domaines de recherche que le télescope explorera pendant le cycle 3 de ses opérations, prévu entre juillet 2024 et juin 2025.

En route pour le Cycle 3

Le télescope James Webb fonctionne sur un modèle de cycles d’observations qui couvrent chacun une durée d’environ un an. Pendant chaque cycle, des scientifiques du monde entier soumettent des propositions pour utiliser le temps d’observation de l’observatoire dans le cadre de leurs programmes de recherche. Ces propositions passent par un processus de sélection rigoureux, au cours duquel un comité évalue la pertinence scientifique, la faisabilité technique et la qualité des projets proposés.

Après la sélection des propositions, le Space Telescope Science Institute alloue le temps d’observation en conséquence, ce qui permet aux scientifiques de mener à bien leurs recherches. Chaque cycle représente ainsi une opportunité pour la communauté d’explorer de nouveaux domaines de recherche et d’approfondir notre compréhension de l’univers grâce aux capacités avancées du télescope spatial.

Par ailleurs, le cycle 3 du télescope James Webb s’appuiera sur les avancées scientifiques opérées au cours des deux années précédentes. Avec pas moins de 253 programmes d’observateurs généraux (GO) sélectionnés, totalisant 5 500 heures d’observation collective, les objectifs de recherche sont diversifiés.

Cassiopée supernova james webb
Image du rémanent de la supernova Cassiopée A prise par le télescope James Webb. Crédits : NASA, ESA, CSA, STSCI, D. MILISAVLJEVIC

Exolunes, univers primitif, et plus encore

Certains projets du cycle 3 se concentreront sur des sujets passionnants tels que la recherche d’exolunes (lunes en dehors du système solaire), avec une équipe dirigée par David Kipping qui étudiera l’exoplanète Kepler-167e. Cette géante gazeuse est située à 1 115 années-lumière de la Terre. L’objectif sera de réaliser la première détection incontestée d’un tel objet.

D’autres projets du cycle 3 se pencheront sur la recherche d’habitabilité des exoplanètes en examinant la présence et la composition de leur atmosphère.

Les trous noirs supermassifs seront également au centre des investigations, avec des études centrées sur les quasars dans l’univers primitif. Ces recherches viseront à comprendre comment ces trous noirs ont influencé la croissance des galaxies au fil des milliards d’années.

En outre, le télescope James Webb continuera à explorer l’univers primitif en étudiant les premières étoiles et galaxies, exploitant sa capacité à observer la lumière infrarouge provenant d’objets distants dont les longueurs d’onde ont été décalées vers le rouge en raison de l’expansion de l’univers.

Au-delà de l’étude d’objets lointains, l’observatoire sera également utilisé pour examiner des corps au sein de notre propre système solaire, notamment les panaches de gaz de la lune Encelade de Saturne et la dynamique des anneaux d’Uranus.

Le cycle 3 du télescope spatial le plus avancé du monde promet donc une exploration diversifiée et approfondie de l’univers, ouvrant de nouvelles perspectives sur des phénomènes cosmiques complexes et contribuant à l’expansion de notre compréhension de l’espace et du temps.