in

Ces jambes pourraient appartenir à Néfertari, l’une des reines les plus belles et célèbres de l’Égypte ancienne

Crédits : Pixabay

Ils sont exposés dans un musée italien depuis des décennies et pourtant, de récentes analyses suggèrent qu’une paire de genoux momifiés vieux de 3 200 ans pourrait appartenir à la reine Néfertari, l’une des plus belles et célèbres de l’Égypte ancienne.

Néfertari Meryenmout (à ne pas confondre avec la femme du Pharaon Akhénaton, la reine Néfertiti) est la principale Grande épouse royale du pharaon Ramsès II qui vécut sous la XIXème dynastie aux environs du XIIIème siècle avant notre ère. Des restes momifiés – soit une jambe complète (fémur, rotule, tibia) et l’autre réduite à une partie de fémur et de tibia – découverts en 1904 dans la vallée des reines en Egypte et exposés depuis dans un musée italien à Turin pourraient lui appartenir. Une série de tests portant sur la datation au radiocarbone, la paléopathologie (l’étude des maladies anciennes) et la génétique semble en effet confirmer ce que les chercheurs soupçonnaient depuis des années.

« Ces membres appartiennent à une femme adulte d’environ 40 ans, d’une taille de 165 à 168 cm« , explique ainsi Franck J. Rühli, principal auteur de cette étude, « et les matériaux d’embaumement utilisés sont conformes aux traditions de momification de l’époque ramesside. Des huiles ou des graisses semblent avoir été les principaux agents d’embaumement au cours du Nouvel Empire et de la graisse animale aurait même été généreusement appliquée sur les bandelettes de lin, alors que leur usage n’est pas préconisé dans le Rituel de l’embaumement, le papyrus traitant de ces questions parvenu jusqu’à nous« , poursuit le chercheur.

Les chercheurs soupçonnaient l’appartenance de ces restes à la reine Néfertari, mais ces derniers n’avaient encore jamais fait l’objet d’analyses poussées. Découverte par Ernesto Schiaparelli et Francesco Ballerini en 1904 dans la vallée des Reines, la sépulture avait été totalement pillée dans l’Antiquité. Ne restaient qu’un sarcophage de granit rose endommagé, des meubles cassés, des pots, quelques statuettes, une paire de sandales faite d’herbe séchées, de feuilles de palmier et de papyrus (typique de l’époque de Néfertari) et ces jambes momifiées arrachées au reste du corps par les pillards.

Si les conclusions de cette étude s’avèrent exacts, Néfertari serait à ce jour la seule reine d’époque ramesside à avoir été clairement identifiée. La plupart des momies de reines, princes et princesses de cette époque n’ayant toujours pas été retrouvés. Les résultats de la recherche ont été publiés dans PLoS ONE.

Source