in

La NASA remplacera bientôt les panneaux solaires de l’ISS

Crédits : Boeing

La NASA entamera cette année les premiers “travaux” de mise à niveau des panneaux solaires de l’ISS. Le but : s’assurer que la station dispose d’une puissance suffisante pour continuer à fonctionner au moins jusqu’en 2028.

Comme le reste d’entre nous, la Station spatiale internationale vieillit. Son maintien en état de marche est également coûteux. À cette fin, la NASA débourse en effet pas moins de quatre milliards de dollars par an. Si elle veut un jour étendre la sphère de ses activités au-delà de l’orbite basse, l’agence américaine doit ainsi reconsidérer ses priorités. C’est pourquoi nous savons que la station sera peu à peu délaissée.

Pour l’heure, il est officiellement prévu que les vols vers l’ISS se poursuivent jusqu’en 2024, mais nous savons par la NASA et son maître d’oeuvre Boeing qu’ils aimeraient continuer à s’appuyer dessus au moins jusqu’en 2028, voire un peu plus longtemps. Ensuite, l’ISS pourrait être “léguée” à des entreprises privées, mais aucune certitude pour le moment de ce côté-là.

De nouveaux panneaux plus performants

Dans cet esprit, la NASA compte remplacer une grande partie des panneaux solaires installés lors de missions de navette spatiale de 2000 à 2009, permettant d’alimenter la station en énergie.

Une première “paire” de panneaux sera transférée vers l’ISS dès cette année grâce à une capsule Crew Dragon de SpaceX d’après Spacenews. Deux autres paires voleront lors de missions de cargo ultérieures, mais aucune date n’a été fixée pour le moment. À terme, la NASA ambitionne de “remplacer” six des huit segments de panneaux solaires existants.

L’idée serait de pouvoir s’appuyer sur les systèmes de suivi et de distribution d’énergie des panneaux existants de manière à minimiser la quantité de nouveaux équipements nécessaires. Chaque nouveau segment à installer nécessitera deux sorties extravéhiculaires menées par des astronautes.

Concrètement, les nouveaux panneaux (les Roll Out Solar Array) seront installés sur les anciens, les masquant partiellement. Ils seront en revanche plus efficaces, produisant ainsi plus d’énergie que ce qui sera perdu en recouvrant les anciens. Une fois tout le matériel installé, la NASA estime que le système électrique global produira 215 kilowatts de puissance contre 160 kilowatts fournis par les baies existantes.

iss
Un exemple de panneau solaire Roll Out Solar Array (ou ROSA) testé sur l’ISS par la NASA en 2017. Crédits : NASA

Enfin, rappelons qu’une station chinoise succédera bientôt à l’ISS. À bord de cette structure, qui comportera trois modules, les taïkonautes mèneront diverses expériences scientifiques et se prépareront aux futurs vols de longue durée.

Le module central de cette station, qui fournira les principaux quartiers d’habitation des taïkonautes, sera lancé au printemps prochain. Au total, l’Administration spatiale nationale chinoise prévoit onze lancements pour achever la construction de cette station en 2022.