in

L’ISS a évité un débris spatial provenant du test d’un missile chinois

Crédits : Darryl Fonseka / iStock

Alors que les débris spatiaux posent de plus en plus de problèmes, la Station Spatiale internationale a récemment effectué une manœuvre pour en éviter un. Préalablement identifié, cet objet ne représentait cependant aucun danger, car la NASA suivait sa trajectoire.

Un évitement précédent une importante mission

Selon l’Agence spatiale européenne (ESA), plus de 34 000 débris spatiaux de plus de 10 cm orbiteraient autour de la Terre. Évidemment, ceux-ci représentent un sérieux danger pour les satellites ainsi que la Station Spatiale internationale (ISS). Il pourrait même être question de perturbations dans le cadre des missions d’exploration vers Mars. Récemment, la NASA a ainsi mis l’ISS en branle afin d’esquiver un débris, comme l’expliquait l’agence de presse Reuters le 12 novembre 2021.

Cette manœuvre est intervenue juste avant la dernière mission Crew-3 de SpaceX vers l’ISS. L’objectif était d’accueillir les astronautes Raja Chari, Tom Marshburn, Kayla Barron et Matthias Maurer (voir photo ci-après) dans les meilleures conditions de sécurité possible. Par ailleurs, la NASA suivait la trajectoire de l’objet et a donc pu se préparer convenablement pour l’évitement.

equipage Crew 3
Crédits : NASA

Un débris bien connu

À la manœuvre, nous retrouvons l’Agence spatiale russe Roscosmos. Cette dernière a en effet allumé les propulseurs du cargo Progress MS-18 durant 361 secondes exactement, c’est-à-dire suffisamment pour permettre à l’ISS de se placer à bonne distance de la trajectoire du fameux débris. Ce dernier est d’ailleurs bien connu de la NASA, portant l’étiquette 35114 et la référence 1999-025DKS.

L’origine du débris n’est autre que le test d’un missile anti-satellitaire qu’a effectué la Chine en 2007. Cet essai avait pour cible Fengyun-1C, un ancien satellite de météorologie. À l’époque, la communauté scientifique n’avait pas caché son indignation puisque cet événement avait généré pas moins de 3 537 débris spatiaux. Or, chacun d’entre eux représente un risque important pour tout autre objet croisant leur route. Presque quinze années plus tard, plus de 2 700 de ces débris sont toujours en orbite autour de notre planète.

Rappelons qu’en mai 2021, la NASA avait indiqué qu’un débris spatial avait impacté et endommagé le bras robotique du système de service mobile (Canadarm2) de l’ISS. La date de l’impact concernant ce bras robotique en titane reste inconnue. Heureusement, les dommages se limitaient à une petite section de la flèche du bras et de la couverture thermique. Si les opérations du Canadarm2 se poursuivent aujourd’hui malgré l’incident, ce dernier rappelle qu’il est nécessaire de « faire le ménage » dans l’espace proche de la Terre.