in

ISS : le vaisseau de SpaceX a changé de place de parking

Crédits : Wikimedia Commons

Actuellement accrochée à la Station Spatiale internationale (ISS), la capsule Resilience de SpaceX, qui évolue dans l’espace depuis plus longtemps que n’importe quel autre vaisseau spatial américain, vient de changer de port d’arrimage. Un autre vaisseau doit bientôt venir se garer.

Ce lundi, les astronautes de la NASA Mike Hopkins, Victor Glover et Shannon Walker, ainsi que l’astronaute japonais Soichi Noguchi ont enfilé leurs combinaisons de vol et sont montés dans leur capsule nommée Resilience. Cependant, ils ne rentraient pas à la maison. Tous ont accompagné le déplacement de leur vaisseau pour la première fois.

En 38 minutes, Resilience s’est décrochée de son port “forward”, puis a reculé en douceur du module Harmony de la Station spatiale internationale, s’éloignant à environ soixante mètres du laboratoire en orbite. Sous la puissance de ses propulseurs Draco, la capsule s’est ensuite réorientée pour s’ancrer avec un autre port nommé “zenith”, disponible sur le même module.

La raison de ce déplacement ? L’arrivée dans quelques semaines de la mission Crew-2, commandée par le spationaute Thomas Pesquet, ainsi qu’une mission cargo (CRS-22) en juin.

Les chaises musicales en orbite

Voici le détail de ces manoeuvres : Resilience libère sa place de parking “forward” pour venir s’accrocher au port “zenith”. De cette manière, le vaisseau permet à la prochaine mission habitée, qui doit être lancée au plus tôt le 22 avril, d’accoster à son ancien port d’attache. Fin avril, Resilience quittera ensuite la station pour revenir sur Terre, libérant au passage la place de parking “zenith” au bénéfice de la mission cargo.

Cette mission cargo, la 22e pilotée par SpaceX, transportera de nouveaux panneaux solaires pour la station spatiale à l’intérieur de son coffre. Or, ce vaisseau doit absolument s’arrimer au port “zénith” pour permettre au grand bras robotique de la station de pouvoir saisir ces panneaux, avant de les installer.

spacex capsule resilience
La capsule Resilience de SpaceX s’éloigne de l’ISS pour aller se garder ailleurs. Crédits : NASA

Une dernière question se pose : pourquoi les quatre membres d’équipage étaient-ils à bord du véhicule si l’ensemble de la procédure s’est opéré de manière autonome ? Même s’ils n’ont jamais eu à toucher les commandes, l’équipage devait simplement être présent en cas d’urgence. Fort heureusement, tout s’est parfaitement déroulé.

De son côté, Thomas Pesquet continue de se préparer pour sa prochaine mission. Interrogé ce dimanche soir sur France 2, le Français a jugé ce nouveau départ plus angoissant” que le premier.

La première fois, tant qu’on n’a pas pratiqué, ça reste très théorique, on ne sait pas très bien ce qui va se passer“, a-t-il répondu. “La seconde fois, on sait exactement ce qui va se passer, on sait exactement quand ça va faire peur, et quand ça va faire mal. On est toujours aussi motivé, mais on y va de manière plus réfléchie.”