in

Israël : la première mission lunaire privée s’écrase au sol

Crédits : SpaceIL

Près de huit semaines après son lancement, la première mission privée visant à atterrir sur la Lune s’est soldée par un échec.

En février dernier, un petit vaisseau israélien décollait de Cap Canaveral en Floride, à bord d’une fusée SpaceX. Objectif : atterrir sur la Lune. Si tout se passait comme prévu, Israël pouvait alors devenir le quatrième pays à poser un engin sur notre satellite. Près de deux mois après le lancement, le robot – baptisé Beresheet – a tenté ce jeudi un atterrissage à 17 h (heure de Paris). Mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

Son moteur principal serait en effet tombé en panne pendant sa descente vers la Lune, nous apprend SpaceIL. Les contrôleurs de mission ont bien tenté de le redémarrer, mais ils ont manqué de temps. L’engin s’est finalement écrasé sur la surface, en pleine mer de la Sérénité.

Un échec “positif”

Les responsables de la mission – bien entendu déçus – ont tout de même tenu à voir le verre à moitié plein. « Eh bien, nous n’avons pas réussi, mais nous avons définitivement essayé, a déclaré le milliardaire Morris Kahn, qui a en partie financé ce programme. Je pense que le fait d’arriver là où nous sommes arrivés est vraiment extraordinaire. Je pense que nous pouvons être fiers ».

La NASA a également tenu à rassurer : « l’espace est difficile, mais cela vaut la peine de prendre des risques, a en effet rappelé Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint de la direction des missions scientifiques de l’agence américaine. Si nous réussissions à chaque fois, nous n’aurions aucune récompense. C’est lorsque nous continuons à essayer que nous inspirons les autres et que nous atteignons la grandeur. Merci de nous avoir inspiré @TeamSpaceIL. Nous attendons avec impatience les occasions futures d’explorer la Lune ensemble ».

lune
Une des dernières photos transmises par Beresheet, à 14 km du sol lunaire. Crédits : SpaceIL / IAI via YouTube

On note par ailleurs que cet engin spatial avait dans un premier temps été développé dans le cadre du concours Google Lunar XPRIZE, en 2007. Ce prix devait récompenser la première entreprise privée qui parviendrait à faire atterrir un engin sur la Lune. Aucun des finalistes n’avait réussi à relever le défi dans les délais. Néanmoins, SpaceIL, qui faisait partie des finalistes, a persévéré grâce aux dons de philanthropes.

Rappelons également que si la mission a effectivement échoué, elle reste relativement peu coûteuse comparée aux précédentes tentatives d’atterrissage lunaire (100 millions de dollars). La NASA, par exemple, aurait dépensé environ 469 millions de dollars dans les années 1960 pour le programme Surveyor. Le but était à l’époque de préparer les premières missions du programme Apollo. En prenant en compte l’inflation, ce montant s’élèverait aujourd’hui à environ 3,5 milliards de dollars.

Source

Articles liés :

Gros plans sur les mini-lunes de Saturne

Après la Lune en 2024, la NASA “doit” aller sur Mars en 2033

La France accompagnera la Chine pour aller sur la Lune