in

Israël : découverte d’une ferme de 2 100 ans « figée dans le temps »

Crédits : Emil Aladjem, Autorité des Antiquités d'Israël

En Israël, des archéologues annoncent avoir fouillé les vestiges d’une ferme vieille de 2 100 ans que les propriétaires ont probablement abandonnée à la hâte, peut-être pour éviter une invasion militaire imminente.

Une ferme « figée dans le temps »

Le site, appelé Horbat Assad, se trouve à l’est de la mer de Galilée. Les vestiges de cette ancienne ferme ont été découverts lors d’enquêtes en prévision d’un projet de canalisation d’eau depuis la côte méditerranéenne. Le nouveau pipeline fait partie d’un projet de dessalement qui fournira de l’eau douce aux terres agricoles d’Israël et des pays voisins.

Sur place, les archéologues ont fouillé des outils agricoles, tels que des pioches et des faux en fer, ainsi que des pièces de monnaie provisoirement datées de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. L’équipe est également tombée sur d’anciennes jarres de stockage encore intactes, ainsi que plusieurs poids pour métiers à tisser disposés sur une étagère. D’après les chercheurs, cela suggère que ceux qui y vivaient les ont laissés derrière eux en partant à la hâte.

« Il semble qu’ils soient partis précipitamment face à un danger imminent, peut-être la menace d’une attaque militaire« , détaille l’archéologue Amani Abu-Hamid, qui est a dirigé les fouilles pour l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA). « Nous avons eu beaucoup de chance de découvrir une capsule temporelle, figée dans le temps, dans laquelle les découvertes sont restées là où elles avaient été laissées par les occupants du site« .

Les occupants de cette ferme gardaient probablement des troupeaux de moutons ou de chèvres. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer leur identité.

ferme israël
Plusieurs poids pour métiers à tisser ont été déterrés des ruines de la ferme. Crédits : Emil Aljem, Autorité des antiquités d’Israël
ferme israël
Des outils agricoles en fer ont également été retrouvés sur place, notamment des pioches et des faux. Crédits : Dafna Gazit, Autorité des Antiquités d’Israël

Une fuite pour échapper à qui ?

Si les archéologues ignorent encore de qui il s’agissait, il est possible qu’ils aient été des sujets de l’empire séleucide. Les Séleucides dirigeaient à cette époque le royaume juif du sud de la Judée en tant que « royaume client ». De nombreux Juifs étaient revenus d’exil à Babylone et y avaient été autorisés à pratiquer leur religion.

Cependant, nous savons d’après les sources historiques que le royaume judéen hasmonéen, une dynastie qui parvint au pouvoir en Judée au cours de la révolte des Maccabées en 168-167 av. J.-C, s’était finalement étendu à la Galilée durant cette période. Nous pourrions alors imaginer que ces fermiers tentaient d’échapper à cette invasion.