in

Elle passe une IRM avec une arme à feu et finit avec une balle dans les fesses

IRM arme à feu
Crédits : Sergey Ulanov/istock

Lors d’un examen médical, une femme a vécu une expérience douloureuse lorsque son arme à feu dissimulée a été accidentellement déclenchée par un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM). Le rapport de l’incident a été soumis à la Food and Drug Administration (FDA) plus tôt cette année.

Une femme a évité le pire

La décharge accidentelle s’est produite le 28 juin. La femme anonyme de 57 ans est entrée dans la salle d’IRM avec une arme de poing dissimulée et ferreuse (contenant du fer). Alors qu’elle était sur le point d’entrer dans la machine, le pistolet a été attiré par le puissant aimant à l’intérieur et a tiré une seule balle dans et à travers sa fesse droite. Heureusement, la blessure était légère et la victime s’est bien rétablie.

« La patiente a été examinée par un médecin sur place qui a décrit les trous d’entrée et de sortie comme étant très petits et superficiels, ne pénétrant que dans le tissu sous-cutané« , indique le rapport qui ajoute qu’avant l’examen, elle avait subi un processus de dépistage standard pour les objets magnétiques qui inclut normalement les armes à feu. Elle avait également assuré n’avoir aucun de ces objets sur elle.

Les incidents de ce type soulignent les dangers potentiels des objets magnétiques près des IRM.

IRM
Crédits : shironosov/iStock

Comment fonctionnent les IRM ?

Ces appareils opèrent en générant des champs magnétiques puissants et des ondes radio qui ciblent les noyaux d’hydrogène dans l’eau, dont notre corps est composé à environ 70%. Les protons dans ces noyaux s’alignent uniformément lorsqu’ils sont exposés à un champ magnétique intense, créant un vecteur magnétique le long de l’axe de l’IRM.

Lorsqu’une énergie supplémentaire sous forme d’onde radio est appliquée, le vecteur magnétique est dévié. La fréquence de cette onde radio, qui induit la résonance des noyaux d’hydrogène, dépend de l’élément ciblé (en l’occurrence, l’hydrogène) et de la force du champ magnétique. Lorsque cette onde est désactivée, le vecteur magnétique retourne à son état d’origine, émettant un signal, également sous forme d’onde radio. C’est ce signal qui est utilisé pour générer les images dans une IRM. L’introduction d’objets métalliques est ici prohibée dans la mesure où elle perturbe ce processus en raison de l’interaction avec le champ magnétique, ce qui peut entraîner des incidents.

Fort heureusement, l’histoire s’est ici terminée sans trop de dégâts pour la patiente. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas. En février dernier, un homme est en effet décédé aux États-Unis des suites de ses blessures après avoir lui aussi introduit une arme dissimulée dans une salle d’imagerie par résonance magnétique. Selon certaines informations, l’arme aurait été retirée de sa ceinture et attirée par la machine avant de se décharger dans son estomac.