in

Iran : 300 personnes meurent en buvant du méthanol pour vaincre le coronavirus

Crédits :Natt Boonyatecha / iStock

Décidément, les fake news concernant le coronavirus Covid-19 ont la peau dure. En Iran, des centaines de personnes ont perdu la vie après avoir absorbé du méthanol. Sur Internet, des petits malins ont expliqué que ce composé, pourtant toxique, était capable de soigner le coronavirus.

Le méthanol, un poison !

Dans un article du quotidien canadien The Globe and Mail du 27 mars 2020, nous avons appris que plus de 300 personnes sont mortes récemment en Iran. Une fake news a malheureusement induit ces personnes en erreur, ce qui leur a coûté la vie. Il était question d’une publication d’un tabloïd que les réseaux sociaux ont relayé. Celle-ci évoquait l’histoire d’un professeur d’école britannique ayant pu guérir du coronavirus avec du whisky et du miel.

Or, des publications sur les réseaux sociaux ont couplé cette fausse information avec des messages au sujet des gels hydroalcooliques pour les mains. En somme, certains iraniens ont pensé que boire de l’alcool à haute résistance de type méthanol pouvait tuer le coronavirus dans leur corps. Rappelons au passage que le méthanol est un véritable poison ! Même quelques millilitres de ce composé peuvent causer une cécité, comme ce fut le cas d’un enfant, toujours en Iran.

méthanol
Le méthanol représente notamment la matière première du formaldéhyde, un désinfectant cancérigène
Crédits : burlesonmatthew / Pixabay

Coronavirus et fake news

Avec un bilan de 41 495 cas confirmés pour 2 757 décès, la panique de certains iraniens est compréhensible. Toutefois, les fake news montrent encore une fois leur dangerosité en trompant les plus crédules.

Mi-février 2020, nous évoquions le cas d’un père de famille en Inde ayant mis fin à ses jours en raison du coronavirus. L’homme se serait au préalable abreuvé de vidéos contenant de fausses informations. Ensuite, ce dernier a laissé l’anxiété l’envahir avant d’en finir. Alors que son dossier médical ne comportait aucune anomalie, la victime pensait être porteur et craignait de contaminer les membres de sa famille.

D’une manière générale, les fake news contribuent à la psychose autour du coronavirus. Certaines publications estiment que le Covid-19 a été créé par l’Homme. Même les hackers surfent sur cette vague complotiste afin de tromper les internautes ! Concernant les fake news liées aux traitements contre le coronavirus, la dernière en date a vu le jour en Chine. Il est question d’un médicament nommé Tan Re Qing, qui n’est autre qu’une injection contenant de la bile d’ours. Or, ce traitement a été publié officiellement par la Commission nationale de la santé en Chine par le biais de l’agence de presse Xinhua.