in

Il y a 100 ans, cet homme inventait le premier casque anti-bruit

Crédits : University of Minnesota Press

En Allemagne, il y a un siècle, un écrivain allemand ne pouvait plus supporter le bruit de la ville. Il a donc créé l’Isolator que l’on considère comme étant le premier casque anti-bruit de l’Histoire. Le but de s’isoler du vacarme ambiant était atteint, mais le casque en question semblait en revanche tout droit sortir d’un film d’horreur.

Efficace, mais effrayant

Aujourd’hui, les casques anti-bruit sont de taille raisonnable et peuvent être aussi innovants. En 2021, nous présentions par exemple un casque de ce genre ayant subi des modifications afin de mesurer le taux d’alcool dans le sang. Mis au point au Japon, ce casque fait est donc un genre d’alcootest assez particulier. Mais qu’en est-il du tout premier casque anti-bruit ? Fabriqué il y a environ un siècle, l’Isolator a fait l’objet d’une publication très complète sur la plateforme University of Minnesota Press.

En 1925, l’écrivain allemand de science-fiction Hugo Gernsback ne supportait plus le bruit de la ville. Il faut dire qu’à cette époque, la révolution industrielle était souvent synonyme de développement de la ville et des industries. Les habitants devaient donc composer au quotidien avec des travaux très bruyants. Dans ce contexte, Hugo Gernsback ne parvenait pas à se concentrer sur ses œuvres.

Ainsi, l’homme a eu l’idée de fabriquer l’Isolator, un casque anti-bruit dans le but de se protéger et de rester concentré. Il a par ailleurs eu à l’époque l’idée de publier le design de son prototype dans sa propre revue intitulée Science and Invention. Si le casque en question semblait très efficace, celui-ci avait une apparence assez effrayante. En effet, il s’agissait d’un mélange de masque à gaz, de scaphandre et de masque de soudeur.

isolator casque
Crédits : University of Minnesota Press

Un indispensable complément au casque

Cette innovation est très particulière et sa fabrication est toute aussi étonnante. L’Isolator est intégralement fait de bois, comportant toutefois une doublure intérieure en liège. Deux petites vitres viennent se positionner devant les yeux afin d’éviter que les yeux ne se baladent. Là encore, il s’agissait de mettre toutes les chances de son côté pour se concentrer. De plus, étant donné qu’il s’agit d’un casque intégral tombant sur les épaules, l’Isolator intégrait également un dispositif pour respirer. Ainsi, il s’y trouve un déflecteur permettant de respirer, évidemment sans laisser pénétrer le son.

Après la première version du prototype, Hugo Gernsback a cependant apporté un complément à son invention : un réservoir d’oxygène. Il faut dire que l’écrivain avait découvert qu’après un quart d’heure d’utilisation, le casque lui donnait envie de dormir. Il avait assez rapidement compris qu’une telle isolation le laissait s’intoxiquer lentement au dioxyde de carbone.