in

Intuitive Machines entre en bourse et voit beaucoup plus grand

Illustration de l'atterrisseur Nova-C de la société Intuitive Machines. Crédits : Intuitive machine

Intuitive Machines, une entreprise américaine spécialisée dans le développement d’atterrisseurs lunaires, vient d’annoncer qu’elle deviendra bientôt publique alors qu’elle cherche à étendre ses prochains services. À quoi peut-on s’attendre ?

Qui est Intuitive Machines ?

La NASA s’apprête à renvoyer des humains sur la Lune dans le cadre du programme Artemis. Il est également question d’établir une base permanente. Dans un premier temps, la NASA et ses partenaires pourront acheminer du fret depuis la Terre, mais les coûts de transports deviendront très vite exorbitants. À terme, l’idée serait de pouvoir puiser des ressources directement sur place, en particulier de la glace.

Dans cet esprit, la NASA a attribué un contrat à la société Intuitive Machines pour le développement d’un extracteur de glace chargé d’opérer au pôle sud de la Lune. Cet extracteur de glace, nommé PRIME-1, sera déposé sur notre satellite par l’atterrisseur NOVA-C, également développé par Intuitive Machines. C’est ainsi que nous connaissons cette société qui, naturellement, ne compte pas s’arrêter là. Steve Altemus, son PDG, ambitionne en effet de se présenter comme le leader du transport de fret sur le sol lunaire.

Mais pour ce faire, la société a besoin de fonds. À cette fin, Intuitive Machines, basée à Houston (États-Unis), a déclaré qu’elle allait fusionner avec une société d’acquisition à vocation spéciale nommée Inflection Point Acquisition Corp. La transaction sera conclue dans environ quatre mois. La nouvelle société, toujours nommée Intuitive Machines, sera présente à la bourse NASDAQ sous le symbole LUNR.

D’après Steve Altemus, cette introduction en bourse devrait permettre de lever entre 100 et 400 millions de dollars de nouveaux capitaux pour l’entreprise, qui bénéficierait déjà d’une valeur nette d’environ un milliard de dollars.

intuitive machine nova-c
Une illustration de l’atterrisseur Nova-C sur la Lune. Crédits : NASA

Trois grands projets

Grâce à ces nouveaux capitaux, Intuitive Machines cherchera à étendre ses activités au-delà de son activité initiale qui consiste à placer des charges utiles sur la surface lunaire (maxi 130 kilos). Il sera notamment question de développer un plus grand atterrisseur, baptisé « Nova-D ». Ce dernier devrait être capable de livrer jusqu’à 750 kg de charge sur la Lune. Une telle capacité le rendrait alors éligible pour les missions de classe Discovery de la NASA (des contrats à la clé, donc).

Intuitive Machines travaillera au développement d’un radiateur à radio-isotopes. Ces instruments doivent permettre aux atterrisseurs de survivre aux nuits lunaires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Pour rappel, les jours et les nuits lunaires durent environ quatorze jours terrestres. Et pendant les nuits, les températures chutent considérablement. Les engins spatiaux doivent donc adopter des mesures spéciales. Le fait de pouvoir gérer ces températures glaciales devrait augmenter considérablement la valeur des charges utiles scientifiques et commerciales transportées sur les atterrisseurs Nova.

Enfin, la société veut également construire une constellation de cinq satellites en orbite lunaire, de quoi servir de relais entre les engins au sol et les équipes terrestres. Intuitive Machines prévoit d’utiliser ce réseau pour fournir ces services à ses propres atterrisseurs, mais compte aussi les proposer à d’autres entreprises et gouvernements.

Toutes ces initiatives reposent naturellement sur le succès du premier atterrissage de la société sur la Lune, désormais prévu pour le premier trimestre 2023. La mission sera lancée via une fusée Falcon 9 de SpaceX.