in

L’intelligence artificielle peut-elle mettre en danger la démocratie ?

manifestation
Crédits : Yevhenii Dubinko / iStock

Récemment, au Royaume-Uni, une experte s’est exprimée sur un sujet assez peu mis en avant concernant l’intelligence artificielle, à savoir ses potentiels effets négatifs sur les systèmes politiques démocratiques.

Une atteinte à l’exercice démocratique ?

Lorsque l’on évoque les dérives en lien avec l’IA, il est souvent question des atteintes à la vie privée, du remplacement de l’humain au travail ou encore de la crainte d’une rébellion des robots contre les humains. Toutefois, un aspect est beaucoup moins exploré : les risques que l’IA fait possiblement peser sur l’exercice démocratique. Cette problématique a été détaillée par Gina Neff, professeure de technologie à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) dans un podcast publié par la BBC le 27 décembre 2023.

L’experte est tout d’abord revenue sur la récente affaire entre le New York Times et la société OpenAI. Il faut dire que cette dernière, qui est à l’origine de ChatGPT, tente depuis quelques mois de passer des accords avec d’importants groupes de presse. L’objectif n’est autre que l’entraînement légal de ses modèles sur des articles et contenus abonnés (et donc payants).

Or, le fait est que ChatGPT est capable de communiquer aux utilisateurs des articles payants sans autorisation. Ainsi, l’accord entre les deux parties n’a pas tenu et le New York Times a même porté plainte, affirmant que ChatGPT portait atteinte à l’exercice démocratique. Le média estime qu’il est question d’un manque à gagner, mais aussi que cela impacte sa capacité à livrer une information de qualité indépendante.

nouvelles presse
Crédits : Tero Vesalainen / iStock

Différents problèmes liés à l’intelligence artificielle

Pour Gina Neff, le problème est plus profond qu’il n’y paraît. En effet, toutes les plus petites entreprises cherchant à baser leur création de contenus sur l’IA devraient appréhender ces questions de propriété intellectuelle. Surtout, il convient de s’intéresser à l’influence des points de vue repris dans les articles publiés sur ces sites de presse de taille plus modeste qui plus est, sont souvent les plus lus sur la toile.

Un autre problème s’ajoute à la liste : celui de la véracité des informations reprises par l’IA. En effet, il existe déjà quelques erreurs çà et là, dont la détection n’est pas chose aisée. Or, ces erreurs peuvent être récupérées et amplifiées sur les réseaux par les internautes avec en bout de chaîne, la création de mouvements inquiétants pour la démocratie elle-même.

Ainsi, le problème touche clairement à la désinformation, surtout que les IA permettent aujourd’hui à des utilisateurs malveillants de générer de nombreux contenus sans bénéficier d’importants investissements, notamment financiers. Les sociétés et les internautes seront-ils capables de faire la part des choses ? Difficile à dire, tant les fake news peuvent parfois déjà être virales et impactantes.