in

Insight détecte ses trois séismes les plus importants sur Mars

Photo prise le 14 février 2021. Comme vous pouvez le voir, les panneaux solaires de l'atterrisseur sont couverts de poussière. Crédits : NASA / JPL-Caltech

L’atterrisseur InSight de la NASA a récemment détecté ses trois “tremblements de Mars” les plus puissants à ce jour, donnant potentiellement aux scientifiques une image encore plus claire de l’intérieur de la planète rouge.

La mission américaine InSight, posée en novembre 2018 sur le côté ouest d’une étendue de lave appelée Elysium Planitia, au niveau de l’équateur martien, vise à détecter les minuscules ondes sismiques traversant les couches inférieures de la planète rouge. Décryptées, ces données permettent aux chercheurs d’en apprendre davantage sur sa composition interne. Rappelons que n’a pas de plaques tectoniques comme la Terre. En revanche, elle propose des régions sismiquement actives capables de provoquer des grondements.

Sur place, Insight a déjà détecté plus de 500 de ces séismes. Jusqu’à récemment, les deux séismes enregistrés les plus importants étaient de magnitude 3,6 et 3,5, tous deux déclenchés depuis Cerberus Fossae, qui concentre une série de failles semi-parallèles. Deux autres séismes de magnitude 3,3 et 3,1 émanant de la même région ont également été détectés les 7 et 18 mars derniers. Ces détections laissent donc à penser que Cerberus Fossae est un centre d’activité sismique important, mais il n’est visiblement pas le seul.

mars insight
Les sismomètres d’Insight protégés par un bouclier thermique et éolien. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Trois séismes importants

Le 25 août dernier, Insight aurait en effet repéré des tremblements de magnitude 4,2 et 4,1, puis a détecté un autre séisme de magnitude 4,2 le 18 septembre, alors que l’atterrisseur célébrait son 1000e jour martien.

L’équipe InSight étudie toujours ce dernier séisme, mais les événements du 25 août ont été en partie caractérisés. Celui de magnitude 4,2 provenait notamment d’une région située à environ 8 500 kilomètres d’InSight (beaucoup plus loin que Cerberus Fossae, située à environ 1 600 km de l’atterrisseur). C’est le séisme le plus éloigné que l’atterrisseur ait jamais détecté, ont déclaré des responsables de la NASA.

L’épicentre de ce séisme est en revanche encore incertain. «Une possibilité particulièrement intrigante serait Valles Marineris, le système de canyons épique dessinant l’équateur martien», ont écrit mercredi les chercheurs. «Le centre approximatif de ce système de canyons est à 9 700 km d’InSight».

De son côté, la secousse de magnitude 4,1 du 25 août s’est produite beaucoup plus près de l’atterrisseur, à environ 925 km.

En outre, et à la surprise des scientifiques, les séismes du 25 août se sont également différenciés. Celui de magnitude 4,2 aurait été dominé par des vibrations lentes à basse fréquence, tandis que des vibrations rapides à haute fréquence ont caractérisé celui de magnitude 4,1. C’est une bonne nouvelle pour les sismologues. En effet, l’enregistrement de différents types d’ondes sismiques pourra fournir plus d’informations sur la structure interne de la planète.

En ce sens, d’importants progrès ont déjà été réalisés. Il y a quelques mois, la NASA s’est en effet appuyée sur la mission pour dresser une première carte de la structure interne de Mars en évaluant les changements de vitesse et de direction de ces ondes au cours de leur dispersion à travers la planète.