in

InSight n’a plus que quelques mois à vivre sur la planète rouge

L'atterrisseur Insight a capturé ce lever du soleil sur Mars le 10 avril 2022. Crédits : NASA

Chargé d’enregistrer les tremblements de terre martiens dans le but de mieux caractériser l’intérieur de la planète, l’atterrisseur Insight de la NASA lutte contre une accumulation de poussière sur ses panneaux solaires. Dans quelques mois, il nous fera probablement ses adieux après quatre ans de bons et loyaux services.

Débarqué sur Mars en novembre 2018 dans la région d’Elysium Planitia, InSight a effectué des mesures sans précédent concernant l’activité sismique sur Mars. Sur place, les sismomètres de l’atterrisseur ont déjà détecté plus de 1 300 de ces grondements, dont un de magnitude 5, le plus important jamais signalé sur une autre planète. Cette mission a permis aux scientifiques de placer avec précision des limites sur l’épaisseur de la croûte et la taille du noyau martien.

À la base, la mission, qui a dépassé toutes les attentes des chercheurs, devait se terminer en 2021. Un comité d’examen avait finalement jugé qu’InSight avait encore du potentiel, prolongeant ainsi ses travaux au moins jusqu’en décembre 2022. Cependant, comme beaucoup d’autres engins sur Mars, l’atterrisseur doit composer avec la poussière.

Or, en raison de contraintes de poids et de puissance, Insight ne transportait pas de système supplémentaire pour la nettoyer. Depuis quelques mois, et en l’absence de grandes rafales de vent, la poussière s’est donc accumulée sur les panneaux solaires de la machine, étouffant sa principale source d’énergie. Les prochaines semaines martiennes s’annoncent également de plus en plus poussiéreuses, ce qui n’arrangera rien.

insight
InSight a capturé cette image de l’un de ses panneaux solaires recouverts de poussière le 24 avril 2022, le 1 211e jour martien, ou sol, de la mission. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Clap de fin avant l’été ?

L’atterrisseur ne peut désormais compter que sur un dixième de sa puissance d’origine. Les chercheurs donc que la fin de mission aura probablement lieu avant la fin de l’été. Tout dépendra de la météo. Cela étant, l’équipe scientifique restera tout de même occupée pendant au moins six mois supplémentaires, même après qu’InSight aura terminé sa collecte de données, le temps de traiter et classer toutes les informations enregistrées par la machine.

Ces données archivées seront alors exploitées pour de futurs projets d’exploration. « InSight a transformé notre compréhension de l’intérieur des planètes rocheuses et a préparé le terrain pour de futures missions« , a déclaré Lori Glaze, directrice de la division des sciences planétaires de la NASA. Les chercheurs pourront notamment appliquer ce qu’ils ont appris sur la structure interne de Mars à la Terre, à la Lune, à Vénus ou encore à Titan. La mission Dragonfly, qui doit se poser sur la lune de Saturne dans les années 2030, emportera en effet avec elle un sismomètre.