in

Les insecticides peuvent aussi réduire la fertilité masculine

insecticide
Crédits : moiseXVII / iStock

L’exposition aux pesticides chez les travailleurs dans les champs ou simplement les consommateurs peut réduire la fertilité masculine. Selon une étude, la diffusion massive des insecticides à travers le monde causerait en effet une diminution de la concentration de spermatozoïdes chez de nombreux hommes.

En cause : les organophosphorés et carbamates

En 2022, le ministère des Solidarités et de la Santé avait publié les résultats d’une étude traitant de l’infertilité en France, un problème qui concerne pas moins de 3,3 millions de personnes dans le pays. Pour y faire face, on observe une hausse des recours à l’assistance médicale à la procréation depuis plusieurs décennies à tel point qu’aujourd’hui, environ 2,5 % des enfants français proviennent de la fécondation in vitro (FIV). L’infertilité ne s’arrête évidemment pas aux frontières de l’hexagone. À l’échelle mondiale, au cours des cinquante dernières années, la concentration de spermatozoïdes a chuté de près de la moitié.

Des chercheurs de l’Université Northeastern à Boston (États-Unis) ont publié une étude sur la question dans la revue Environmental Health Perspectives le 15 novembre 2023. Selon les scientifiques, la diffusion des insecticides aux quatre coins du monde pourrait avoir un lien avec la baisse de la concentration de spermatozoïdes chez les hommes. Pour en venir à cette conclusion, ils ont réalisé une méta-analyse qui réunit les données de cinq décennies d’études épidémiologiques sur le sujet. Plus précisément, la diminution de la concentration de spermatozoïdes aurait un lien avec une exposition élevée aux insecticides organophosphorés et aux carbamates.

insecticide
Crédits : valio84sl / iStock

Un impact sur la production d’hormones du système endocrinien

Auparavant, certaines études avaient déjà associé les insecticides organophosphorés à des risques de cancer, mais aussi à des troubles de développement neurologiques tels que l’autisme et le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) en cas d’exposition de la femme enceinte. Rappelons tout de même qu’à l’instar des carbamates, les organophosphorés sont des neurotoxines que l’on utilise abondamment dans les champs afin de venir à bout d’une enzyme dont le rôle est de réguler le système nerveux des insectes.

Pour les chercheurs à l’origine de cette étude, les substances citées ont pour objectif de tuer et pourraient logiquement avoir des conséquences sur des organismes plus grands, comme les humains. Chez ces derniers, il semble que cela se manifeste en altérant la production d’hormones du système endocrinien humain. Or, l’une des conséquences de cette altération n’est autre que la baisse de la production de la quantité de spermatozoïdes. Les scientifiques ont aussi souligné un impact sur la manière dont ils sont produits.

Les travailleurs agricoles sont évidemment les plus exposés ici, mais un tiers des profils de l’étude sont directement impactés par l’alimentation ou encore d’autres voies environnementales. Les scientifiques conseillent donc dans un premier temps de reconnaître l’exposition aux insecticides comme étant un problème de santé publique avant de prendre des décisions sur le plan politique.