in ,

Indonésie : les travaux de la nouvelle capitale vont bientôt débuter

Crédits : AsianDream / iStock

Depuis déjà plusieurs années, l’affaissement des sols menace Jakarta, l’actuelle capitale de l’Indonésie. Le gouvernement a donc décidé d’une délocalisation sur l’île de Bornéo. Or, le chantier géant de cette nouvelle ville va commencer.

Le nouvel emplacement validé par une loi

Pour un nombre non négligeable de villes abritant un cinquième de la population mondiale, l’affaissement des sols est un problème majeur. Citons notamment Venise (Italie), Téhéran (Iran), La Nouvelle-Orléans (États-Unis) ou encore Bangkok (Thaïlande). Jakarta, l’actuelle capitale de l’Indonésie est également concernée. En 2019, les autorités du pays ont d’ailleurs fait part de leur volonté de la délocaliser.

Cette immense cité abrite dix millions d’habitants dans la zone intra-muros et pas moins de cinquante millions si l’on considère l’aire métropolitaine. La nouvelle capitale qui prendra le nom de Nusantara se situera à Kalimantan, la partie indonésienne de l’île de Bornéo. Une nuance toutefois : Nusantara deviendra la capitale politique du pays, mais Jakarta restera encore quelque temps la capitale économique.

Comme l’expliquait The Guardian le 18 janvier 2022, le Parlement indonésien a voté la loi validant l’emplacement de la nouvelle capitale. Un immense chantier va donc pouvoir débuter et la première étape du transfert devrait se faire en 2024. Pas moins de 25 000 fonctionnaires déménageront chaque année jusqu’en 2027.

Jakarta innondations
En proie à l’affaissement des sols et à la montée des eaux, la capitale Jakarta sera bientôt délocalisée.
Crédits : Geoengineer.org

Une délocalisation qui ne fait pas l’unanimité

Ce projet ne fait pas référence à une ville ex nihilo. En effet, le gouvernement a choisi le site de la ville de Palangka Raya où vivent actuellement environ 300 000 habitants. Néanmoins, la décision ne convient pas à tout le monde et de nombreux sceptiques font entendre leurs critiques. Premièrement, le coût du projet est faramineux : 32 milliards de dollars. Il faut dire que les premières maquettes laissent apparaître une ville utopiste intelligente, quasiment au milieu de la forêt tropicale. Rappelons au passage que la construction devrait s’étaler jusqu’en 2045.

Le choix même de l’emplacement de Nusantara laisse songeur. En effet, l’île de Bornéo est déjà lourdement impactée par la déforestation, principalement en raison de la production d’huile de palme dont les leaders mondiaux sont l’Indonésie et la Malaisie. En 2018, les images poignantes d’un orang-outang tentant de faire face à un bulldozer avaient fait la une des médias.

Le président indonésien Joko Widodo a toutefois présenté une vidéo sur Instagram. Il y est dépeint une ville « zéro émission » où la mobilité à pied et en vélo sera privilégiée. Il est également question de la mise en place d’une pépinière de cent hectares comportant environ dix-sept millions de plantes. Évoquons également l’installation dans le nord de Kalimantan d’un parc industriel vert qui devrait être alimenté par des centrales hydroélectriques et solaires.