in

En Indonésie, des macaques utilisent des pierres comme sextoys

Crédits : Erik_Karits

De récentes observations faites à Bali, en Indonésie, suggèrent que certains macaques se tapotent et se frottent les organes génitaux de manière répétitive avec des pierres pour se faire plaisir. Cette découverte fournit une preuve supplémentaire de l’hypothèse du sextoy proposée par la même équipe dans une étude passée qui présente l’activité comme une forme de masturbation assistée par un outil.

Lorsque nous parlons d’utilisation d’outils chez les animaux, nous pensons généralement aux instances dépendantes de la survie. Les chimpanzés utilisent par exemple des pierres pour casser des noix afin de pouvoir les manger. Cependant, depuis quelques années, les rapports sur l’utilisation d’outils dans des contextes de non-recherche de nourriture se multiplient. Cette nouvelle étude s’ajoute à la liste.

Cette recherche, publiée dans la revue Ethology, s’appuie sur une étude publiée un an plus tôt dans la revue Physiology & Behavior. Une équipe dirigée par Camilla Cenni, candidate au doctorat à l’Université de Lethbridge, en Alberta (Canada), avait à l’époque souligné l’utilisation de pierre à des fins sexuelles chez les macaques à longue queue mâles (Macaca fascicularis). Ces nouveaux travaux s’intéressent également aux femelles.

macaques
Un macaque assis dans le sanctuaire des singes d’Ubud à Bali, Indonésie. Crédits : Nora Carol

Comment expliquer ce comportement ?

L’équipe a découvert que les mâles et les femelles de différents groupes d’âge utilisaient tous des pierres pour « tripoter » leurs organes génitaux. Il y avait cependant quelques variations entre les groupes : les singes femelles étaient plus pointilleuses sur les pierres qu’elles utilisaient, tandis que les jeunes mâles s’adonnaient le plus à ce genre d’activités. Les mâles matures ont quant à eux été rarement observés en train de se masturber avec des pierres. Les auteurs de l’étude supposent que cela s’explique probablement par le fait qu’ils avaient accès à des femelles matures.

Certaines populations de macaques manipulent régulièrement des pierres dans le cadre de leur répertoire comportemental, apparemment comme une forme de jeu, les frottant généralement sur le sol ou les rochers. La « masturbation autodirigée assistée par un outil » décrite dans cette nouvelle étude découle probablement de cette utilisation plus large de la pierre.

Cette manipulation de la pierre à des fins sexuelles est également probablement culturelle, car elle n’a été observée que dans cette population de Bali. Ces animaux vivent dans et autour du sanctuaire de la forêt sacrée des singes, dans la ville d’Ubud, où ils sont régulièrement nourris par les locaux et les touristes. Les chercheurs pensent que cet accès très facilité à la nourriture pourrait relâcher les pressions exercées sur les primates pour s’alimenter, les amenant à se s’engager dans d’autres activités, telles que celle observée ici.