in

Inde : un hôpital dans le métavers pour traiter de vrais patients

docteur en ligne virtuel
Crédits : ipopba / Stock

Deux sociétés indiennes collaborent actuellement à la mise en place d’un projet inédit. Ensemble, elles vont créer une zone d’expérience dans le métavers pour offrir des soins de santé à des patients bien réels.

Un hôpital entier construit dans le métavers

Le métavers fait de plus en plus parler de lui et des experts s’expriment régulièrement à son sujet. Par exemple, le métavers interroge à propos de la confidentialité et la sécurité des utilisateurs. Il soulève donc principalement des questions relatives à l’éthique, avec également l’éventuelle possibilité d’avoir des enfants virtuels ou encore que le métavers devienne une zone de recrutement pour les organisations terroristes.

Comme l’explique le Times of India, en Inde, où un couple s’est récemment marié dans le métavers, deux sociétés collaborent à la création d’un hôpital virtuel. L’agence numérique Blink Digitals et le groupe de soins de santé Yashoda Hospitals Group projettent en effet de mettre en place une zone d’expérience sur la plateforme Decentraland.

Selon les responsables du projet, cette plateforme pourrait être avantageuse à la fois pour les médecins et les patients face à la demande croissante d’installations médicales. À terme, un hôpital entier sera construit dans le métavers et les utilisateurs pourront consulter un médecin sur place dans le cadre d’une consultation virtuelle. En somme, ce dispositif ressemble assez au concept de cabine de santé connectée pour des consultations à distance.

medecin
Crédits : ipopba / iStock

Difficile de prévoir un éventuel succès

Évidemment, l’idée d’un hôpital virtuel pourrait faire grincer des dents, tant de nombreuses maladies ne pourront pas être traitées, sans compter l’absence de réel contact humain. Néanmoins, certains maux sans gravité ou d’ordre psychologique devraient bénéficier de ce système allégé. Une bonne logistique pourrait par ailleurs permettre d’aplanir un peu l’emploi du temps des médecins en leur permettant notamment de recevoir physiquement des patients nécessitant réellement des soins adaptés.

« Une consultation pour une maladie mentale peut être un exemple montrant qu’un patient peut avoir l’impression d’être dans un hôpital sans réellement s’y rendre », a déclaré Abhinav Gorukanti, directeur de Yashoda Hospitals Group.

Enfin, difficile de dire si le public indien appréciera l’initiative. En tout cas, Blink Digitals a indiqué sa présence dans chacune des futures campagnes de Yashoda Hospitals Group qui mise tout sur le « passage du centralisé au décentralisé ». L’avenir nous dira donc si ce type d’infrastructure numérique rencontrera le succès et s’il faut se préparer à en voir fleurir un peu partout.