in

Une incroyable pluie d’étoiles filantes se prépare pour la fin du mois

Crédits : Jeff Sullivan

Parfois, l’astronomie nous révèle quelques surprises. Prenons le cas d’une petite comète nommée 73P/Schwassmann-Wachmann normalement beaucoup trop faible pour être vue à l’œil nu. En 1995, l’objet s’était pourtant éclairci soudainement et de manière inattendue. Or, selon certaines prédictions, cette même comète pourrait nous gratifier d’une pluie d’étoiles filantes exceptionnelle à la fin du mois de mai.

L’histoire commence avec la découverte de la comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 qui se déplaçait à travers la constellation d’Hercule en 1930. Depuis l’observatoire de Hambourg, les astronomes Arthur Wachmann et Carl Schwassmann avaient à l’époque isolé l’objet de magnitude +9,5 sur des plaques de verre.

Son orbite avait alors attiré l’attention. Nous savions dès lors que cette petite comète (noyau de 1,3 km de diamètre) faisait le tour du Soleil tous les 5,4 ans avec une orbite inclinée d’un peu plus de onze degrés par rapport au plan de l’écliptique. Autrement dit, il y avait donc de fortes chances que la comète soit particulièrement visible lors de son passage le 31 mai de la même année près du Soleil, passant à environ 9,2 millions de kilomètres de la Terre.

Malheureusement pour les observateurs de l’époque, ce ne fut pas le cas, la comète n’atteignant qu’une magnitude de +7. Après quoi l’objet s’est fait oublié… jusqu’en 1995, date à laquelle sa luminosité a considérablement augmenté. Cette multiplication par 400 était d’autant plus spectaculaire que la comète se trouvait en fait à plus de 1,3 UA de la Terre à cette époque.

2022, un cru exceptionnel ?

Les comètes qui se frottent au Soleil déposent des flux de débris de poussière dans le Système solaire interne. Si une planète se trouve sur le chemin (comme la Terre), une pluie d’étoiles filantes se produit, témoignée par des traînées silencieuses dans le ciel. Cependant, ces flux de débris évoluent avec le temps, à mesure que le remorqueur complexe du Soleil et des planètes les attire et les éloigne de la trajectoire de la Terre, ce qui nous amène à cette fameuse pluie de fin mai.

La comète 73P dépose un flux de débris connu sous le nom de météores Tau Herculid. La plupart du temps, cette pluie n’est pas vraiment intéressante. Cette année pourrait en revanche être différente. Selon les prédictions, la Terre s’apprêterait en effet à traverser le courant de débris fragmentés en 1995, date à laquelle la comète avait laissé beaucoup de plumes lors de son passage près du Soleil.

pluie étoiles filantes Tau Herculids
Des fragments de la comète 73P photographiés par le télescope spatial Spitzer en 2006. Crédits : NASA/JPL-Caltech/W. Reach

Dans la nuit du 30 au 31 mai prochain, certains prédisent ainsi plus de mille météores à l’heure. Les Tau Herculids forment également une pluie lente avec une vitesse d’entrée de seulement seize kilomètres par seconde. La nouvelle est également excitante dans la mesure où la Lune se tiendra à l’écart, nous épargnant sa luminosité.

Bien sûr, il est également possible que ces prédictions ne se vérifient pas, mais voulez-vous vraiment prendre le risque de passer à côté ?