Incendies au Canada : des nuages de cendres survolent la France

nuage

Cette année, les incendies au Canada battent des records et durant plusieurs semaines, une partie de l’Amérique du Nord était très impactée par les fumées. Aujourd’hui, ces mêmes fumées se dirigent vers l’Europe, et donc la France. Faut-il s’inquiéter de ces nuages de cendres ?

Des nuages de cendres qui menacent l’Europe

Il y a peu, nous évoquions une situation particulièrement étonnante touchant la ville de New York. Le service météorologique local avait en effet dévoilé des images montrant la cité progressivement submergée par un épais manteau jaune, puis orange en seulement trois heures. Ce phénomène a fini par impacter une bonne partie de la côte est du pays. L’origine du brouillard est évidemment connue : les intenses feux de forêt au Canada qui ont en quelques semaines ravagé des centaines de milliers d’hectares.

Le brouillard jaune-orangé a cependant dernièrement quitté l’Amérique du Nord et se déplace désormais vers l’Europe. Serge Zaka, docteur en agroclimatologie et chasseur d’orages, a publié un tweet le 26 juin pour manifester son étonnement et son indignation (voir ci-dessous).

L’Irlande devrait être le premier pays du continent à subir l’arrivée du nuage de cendres. Pour les chercheurs, il s’agit désormais de savoir quand la fumée arrivera et avec quelle intensité.

Des risques non négligeables

Sur le plan sanitaire, la principale question qui se pose est la suivante : quels sont les risques ? À New York, l’indice de la qualité de l’air (IQA) était de 179 le 8 juin 2023 en raison du brouillard de fumée. Cela a évidemment occasionné un gros pic de pollution. Au Canada, les retombées de fumée ont déjà posé de réels problèmes sur le plan sanitaire. Des confinements de population ont déjà été mis en place par certaines régions puisque la qualité de l’air était devenue dangereuse. Ainsi, une situation similaire pourrait se produire en Europe, puisque le nuage paraît toujours très dense même après avoir parcouru plusieurs milliers de kilomètres au-dessus de l’Atlantique.

À terme, les incendies records qui ravagent les forêts canadiennes pourraient avoir des conséquences désastreuses. De nombreux feux n’étant pas encore sous contrôle, un pyrocumulonimbus pourrait se former. Le fait est que ce genre de nuage atteint rapidement la haute atmosphère (à environ 5 km d’altitude) avant de se mettre à tourner autour de la planète et de la recouvrir en partie.

Si un tel nuage parvenait à se former et à atteindre une certaine densité, cela entraînerait des modifications temporaires du climat, et notamment un refroidissement rapide et éphémère de la Terre. La densité du nuage pourrait en effet bloquer la lumière du soleil et plonger une partie du monde dans l’obscurité.