in

Imprimés en 4D, ces objets changent de forme dans l’eau

Crédits : Wyss Institute at Harvard University

Des chercheurs américains sont parvenus à imprimer des fleurs en 4 D. Une nouvelle technique qui pourrait ouvrir la voie au remplacement d’organes.

Nous avons tous été impressionnés lorsque l’impression 3D a vu le jour, mais tout ceci est terminé. Entrons ensemble dans une nouvelle ère, l’ère de l’impression 4D impliquant la quatrième dimension : le temps, et pouvant imiter des processus naturels. Des scientifiques de l’université d’Harvard ont en effet réussi à développer des structures d’hydrogel qui changent de forme lorsqu’elles sont placées dans de l’eau. En d’autres termes, elles sont en mesure de répondre à leur environnement (dans ce cas, l’eau).

Pour ce faire, les scientifiques ont utilisé de l’hydrogel contenant des fibrilles de cellulose issues de pulpe de bois dont la structure peut réagir à un stimulus extérieur, en l’occurrence l’immersion dans l’eau. Une fois la substance prête, les ingénieurs ont utilisé un modèle mathématique pour imprimer l’hydrogel d’une manière spécifique de sorte que les formes puissent se courber de la façon voulue par les chercheurs. « Selon la manière dont on imprime le matériau, on peut encoder la déformation, la torsion et le froissement », explique la professeure Jennifer Lewis.

Pour tester l’impression 4D, l’équipe a imprimé deux formes de fleur similaires, mais ont programmé leurs 5 pétales dans différentes directions lorsqu’elles étaient exposées à l’eau. L’équipe a ensuite ajouté une teinte fluorescente au gel pour augmenter la visibilité et la différence des mouvements.

Inspiré de la nature, ce procédé pourrait notamment servir à créer des tissus intelligents, de l’électronique souple ou des équipements biomédicaux. Mais surtout, cette technologique pourrait prouver son efficacité dans le domaine de l’ingénierie tissulaire, en d’autres termes, la possibilité de pouvoir un jour créer des organes de remplacement.

https://www.youtube.com/watch?v=t_O7Lz8rvBI

Source : Nature, Futura Sciences