in

L’impact d’un débris spatial sur un satellite chinois laisse craindre le pire pour le futur

Crédits : Pincio

Il y a quelques mois, un satellite chinois s’est brisé en plusieurs morceaux. En réalité, selon un astrophysicien spécialiste des satellites, il a fait la rencontre d’un débris spatial. L’expert pense que la fréquence de genre d’incident augmentera à l’avenir, proportionnellement à la hausse de la quantité de satellites présents en orbite.

Un expert a mené son enquête

Le 18 mars 2021, le satellite militaire chinois Yunhai 1-02 s’est brisé en 21 morceaux, voire davantage. La raison n’était pas vraiment connue jusqu’à l’intervention de Jonathan McDowell, astrophysicien au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (États-Unis). Ce spécialiste des satellites a évoqué son enquête sur Twitter le 15 août 2021 dans laquelle il parle de la cause de l’incident. Selon lui, cela s’explique par une collision avec un débris spatial.

Le scientifique explique avoir repéré une entrée relative à un débris spatial assez particulier sur la base de données Space-Track.org. Nommé Object 48078, il appartenait à la fusée Zenit-2 à l’origine du lancement d’un satellite russe en 1996. Or, la base comportait la mention “Collided with satellite“, témoignant d’une collision avec un satellite. Il s’agissait d’un commentaire que Jonathan McDowell n’avait jamais vu auparavant.

L’astrophysicien a alors suivi cette piste et a découvert une cohérence entre la fameuse collision impliquant l’Object 48078 et l’instant où Yunhai 1-02 s’est fracturé. Il est donc formel : le satellite chinois et le débris russe sont passés à un kilomètre l’un de l’autre à 3h41 du matin le 18 mars 2021. Or, ce kilomètre de distance se trouve dans la marge d’incertitude.

debris spatiaux
Crédits : Agence Spatiale Européenne (ESA)

Les débris spatiaux : une menace pour l’avenir de l’Homme dans l’espace

Dans un article datant du 17 août 2021, le site Space.com lui d’ailleurs a donné la parole. L’expert a indiqué que ce type de collisions est encore assez rare, mais que sur le long terme, le danger sera proportionnel à l’accumulation des débris spatiaux. À l’heure du déploiement de nombreux satellites, dont ceux du projet Starlink, les craintes sont bien réelles et des solutions efficaces de nettoyage doivent absolument être mises au point. Rappelons au passage qu’il y a quelques mois, un débris spatial a également frappé l’un des bras de la Station Spatiale Internationale (ISS).

Parmi les institutions travaillant sur des solutions de nettoyage, nous retrouvons l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Celle-ci estimait récemment à environ 34 000 la quantité de débris spatiaux de plus de 10 cm, près de 900 000 pour ceux d’une taille comprise entre 1 et 10 cm et pas moins de 128 millions pour ceux dont le diamètre se situe entre 1 mm et 1 cm. Pour l’agence, cette situation est alarmante et pourrait menacer l’avenir de l’Homme dans l’espace.