in

Ces immenses bottes ont été conçues pour soulager une éléphante souffrant d’arthrite

Capture vidéo

Âgée de 41 ans, une éléphante vivant au parc zoologique national de Washington aux États-Unis supporte mal ses quatre tonnes, lui causant de l’arthrite, des difficultés à se déplacer ainsi que de multiples blessures. Elle a pu être équipée d’immenses bottes ce qui ne la fait plus souffrir.

C’est à Washington, aux États-Unis, dans le parc zoologique national que vit Shanthi, une éléphante âgée de 41 ans. Avec un poids d’environ quatre tonnes, Shanthi souffre d’arthrite obligeant l’animal à se pencher en avant pour avancer, lui causant par la même occasion des lésions cutanées sur les pattes ainsi que des blessures au niveau de ses ongles. Jusqu’alors, il s’agissait plutôt de repousser, de masquer la douleur pour les vétérinaires du parc zoologique, avec des techniques consistant en l’administration de traitements locaux et en injections pour soulager Shanthi.

Mais les soins s’arrêtaient là, et bander les membres de la femelle n’était même pas envisageable puisque, de nature curieuse et habile avec sa trompe, l’éléphante aurait rapidement et aisément retiré ces bandages. Depuis quelques années, les techniques d’impression 3D font leurs preuves et s’avèrent très efficaces, notamment en termes de soins, prothèses et autres solutions médicales.

C’est vers cette option que s’est orienté le personnel du parc pour apporter une solution au pachyderme. Ses pieds ont d’abord été scannés grâce à un processus de numérisation en 3D, des scans qui ont ensuite été envoyés à une entreprise qui confectionne… des sandales. Chris Hillyer, le directeur des innovations de la société baptisée Teva, très sensible à la cause de l’animal, a tenu à surveiller de près la solution choisie pour venir en aide à l’éléphante, à savoir la confection d’immenses chaussures, lesquelles ont été offertes au zoo pour Shanthi.

Aujourd’hui équipée de ces bottes, l’éléphante a retrouvé sa mobilité, son équilibre et n’a même plus peur d’emprunter les marches pour descendre jusqu’à son point d’eau.

Source