in

Il y a 20 000 ans, deux guépards se sont battus jusqu’à la mort au Grand Canyon

Crédits : Julius Csotonyi

Il y a environ 20 000 ans, deux guépards américains se sont battus dans une grotte du Grand Canyon. L’un des deux était un juvénile. Mordu à la colonne vertébrale, l’animal est mort sur place, laissant derrière lui quelques os et autres morceaux de tissus momifiés. L’analyse de ces restes nous permet d’en apprendre davantage sur ces anciens prédateurs.

Miracinonyx trumani est une espèce éteinte de guépards américains qui vivait en Amérique du Nord durant le Pléistocène. Ses ossements ont été retrouvés de la Virginie-Occidentale jusqu’en Arizona, en passant par le Wyoming. Ce guépard était étroitement apparenté au puma, mais avait le museau court et les proportions minces des guépards africains d’aujourd’hui.

On a longtemps pensé que ce prédateur évoluait principalement dans les grandes plaines ouvertes des États-Unis actuels, se nourrissant d’antilopes. La vitesse de course de cet ancien félin pourrait d’ailleurs expliquer pourquoi les antilopes d’Amérique modernes (Antilocapra americana) peuvent courir à plus de 95 km/h. Aucun de leurs prédateurs vivants ne sprinte en effet aussi vite. Le guépard américain en était quant à lui probablement capable.

Cela étant dit, de nouvelles recherches suggèrent que ces anciens guépards fréquentaient également des environnements beaucoup plus escarpés. Ces travaux ont été publiés dans le numéro de mai du Bulletin du Musée d’histoire naturelle et des sciences du Nouveau-Mexique.

Une attaque mortelle

Ces fossiles ont été découverts dans plusieurs grottes du Grand Canyon : Next Door Cave et Stanton’s Cave. Les chercheurs les ont isolés il y a plusieurs décennies. Seulement, à l’époque, ces restes avaient été identifiés comme appartenant à des pumas (Puma concolor). Une réanalyse de ces ossements a finalement révélé qu’ils appartenaient plutôt aux guépards américains.

Plus récemment, de nouveaux ossements ont été fouillés dans une autre grotte nommée Rampart Cave. Les paléontologues y ont en effet isolé les restes de deux individus. L’un était un subadulte (l’équivalent félin d’un adolescent) tandis que l’autre était un petit d’environ six mois.

D’après les analyses, le jeune adulte aurait été attaqué, subissant des blessures par perforation sur le crâne et la colonne vertébrale probablement infligées par un guépard américain adulte. Ces blessures pourraient être le résultat d’une bataille territoriale ou peut-être un guépard mâle essayait-il de tuer les petits d’un autre. Ce type de comportement est observé aujourd’hui chez les lions d’Afrique. Toujours est-il que l’attaque a été mortelle.

On ne sait pas si les deux jeunes félins de la grotte étaient apparentés. Cependant, plusieurs tissus mous semi-momifiés s’accrochent encore aux os, de sorte que les chercheurs pourraient être en mesure de récupérer et d’analyser suffisamment d’ADN pour le découvrir.

guépards américains
Éléments crâniens et mandibule du sous-adulte Miracinonyx trumani de Rampart Cave. Crédits : John-Paul Michael Hodnett

Taillés comme des léopards des neiges

Quoi qu’il en soit, ces découvertes révèlent que les guépards américains évoluaient au-delà des prairies, se nourrissant non plus d’antilopes, mais probablement de chèvre de montagne (Oreamnos harringtoni) et de mouflons d’Amérique.

En outre, les restes de ce malheureux félin suggèrent que ce guépard américain n’était peut-être pas un sprinteur aussi rapide qu’on le pensait. Au lieu de cela, ces chats ressemblaient peut-être davantage aux léopards des neiges modernes (Panthera uncia), rôdant sur les flancs des falaises et autres régions rocheuses à la recherche de proies.