in ,

Ils veulent utiliser de la soie d’araignée pour concevoir de meilleurs vaccins

L'Épeire diadème (Araneus diadematus) est l’heureuse élue ! Crédits : Pixabay

Il est toujours fascinant d’observer une toile d’araignée, et de constater sa résistance et sa souplesse. Cependant, des chercheurs suisses s’y sont intéressés dans le but de mettre au point des vaccins plus efficaces. Comment cela est-il possible ?

L’activation des lymphocytes T est indispensable pour lutter contre certaines maladies infectieuses comme la tuberculose et d’autres pathologies telles que le cancer. Le fait est que les peptides – des morceaux de protéines utilisés pour cette activation – se dégradent un peu trop facilement dans le corps, souvent avant d’avoir atteint leur but.

Des chercheurs suisses et allemands ont mené une étude pilotée par l’Université de Genève (Suisse) afin de résoudre ce problème, selon un communiqué du 12 juin 2018. Les scientifiques ont déclaré vouloir utiliser de la soie issue d’une araignée que l’on connaît bien, car celle-ci peuple nos jardins : l’Épeire diadème (Araneus diadematus).

Il est question d’une soie résistante et légère, mais surtout – et cela est aussi très important – biodégradable et biocompatible. Les chercheurs ont donc pu récréer cette soie en laboratoire et y intégrer un peptide dont la mission est d’activer les lymphocytes T, notamment dans les vaccins.

Les scientifiques sont parvenus à enrouler la fameuse soie afin de former des nanoparticules injectables. Ainsi, celles-ci peuvent se déplacer dans le corps humain jusqu’aux ganglions lymphatiques produisant les fameux lymphocytes. Le but était de concevoir une solution qui ne se dégrade pas dans le corps, et cela semble être une réussite, car celle-ci résiste à des températures élevées. Cela permettrait par ailleurs un transport et une conservation des vaccins hors des chaînes de froid habituellement indispensables dans ce cas.

Cependant, une question semble encore en suspens et les chercheurs n’ont pas (encore) apporté la réponse. Cette technique peut-elle être généralisée à l’ensemble des vaccins que l’on connaît pour lutter contre la plupart des maladies virales ? Cela est problématique dans la mesure où une grande partie d’entre eux sont de taille plus conséquente, comparé aux peptides.

Sources

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.