in

Ils veulent transformer un pont vétuste à Barcelone en un oasis de verdure

Crédits : Wokandapix / Pixabay

À Barcelone, le pont Sarajevo est vétuste et très pollué, puisque situé au-dessus d’un périphérique. La mairie de la capitale catalane et un cabinet d’architectes veulent le reconstruire en un pont dépolluant, autosuffisant et végétalisé.

Difficile de trouver plus sale, bruyant et pollué que le pont de Sarajevo à Barcelone. Il faut dire que celui-ci traverse l’Avinguda Meridiana, l’une des artères les plus importantes et fréquentées de Barcelone. Devenu vétuste et hyper-pollué, plus personne ne le traverse. Alors, pour ramener la fréquentation sur ce pont et en faire un véritable lieu de passage et de vie, la mairie de Barcelone et le cabinet d’architectes BCQ présentent un nouvel espace autosuffisant et végétalisé.

Afin de reconstruire l’ouvrage et qu’il entre dans ce projet, le cabinet d’architectes propose un béton dépolluant, qui absorbe la pollution. En effet, celui-ci agit selon le principe de la photocatalyse. Grâce à une action combinée d’un catalyseur, de l’oxygène et des U.V, il décompose les molécules nocives de l’atmosphère, comme l’oxyde d’azote par exemple. Une fois détruites, ces molécules nocives sont converties en molécules inoffensives.

Autre point qui rend le projet pertinent, son autosuffisance énergétique. Les briques de béton auront une autre fonction, celle de support à des cellules photovoltaïques ainsi qu’à des LEDs, qui sublimeront le pont la nuit en l’illuminant grâce à l’énergie solaire stockée durant la journée.

Enfin, l’esthétique. Dépolluant et autosuffisant, ce projet de pont peut-être qualifié de « vert », c’est donc tout naturellement que l’ensemble du pont sera végétalisé. Afin qu’il attire les passants et les cyclistes, il sera tapissé de petits jardins, de vignes et de pergolas. Les architectes comptent même en faire une sorte de mini-parc de quartier, un espace de vie agréable pour inciter les passants à s’y arrêter. « Il y a une demande croissante d’espaces publics de qualité », déclare Toni Casamor, architecte en chef du cabinet BCQ.

Sources : mnn, wedemain